Ce sont justement les récents succès du Canadien qui ont mené Marc Bergevin à se départir du capitaine Brian Gionta et de son assistant Josh Gorges, en ce jour d'ouverture du marché des joueurs autonome.

Le CH pas meilleur que la veille

À l'ouverture du marché des joueurs autonomes, les équipes délient les cordons de la bourse pour garnir leur alignement. Chez le Canadien, il faut toutefois être un partisan aveuglé pour croire que l'opération a permis à l'équipe de s'améliorer.
Thomas Vanek et Brian Gionta ont profité de leur autonomie pour déménager ailleurs. Josh Gorges a de son côté été échangé aux Sabres, tandis que Ryan White et Francis Bouillon se cherchent un nouvel employeur.
Pour les remplacer, Marc Bergevin s'est payé Tom Gilbert, Manny Malhotra et Jiri Sekac, un jeune Tchèque qui a amassé une vingtaine de points dans la KHL. Le Canadien est nettement perdant au change point de vue punch en attaque, ainsi que dans le rayon - aussi intangible que délicat - du leadership.
En défensive, Gilbert sera utile parce qu'il est droitier et qu'il peut rendre service sur une deuxième vague du jeu de puissance, mais on parle d'un type qui est -49 depuis ses débuts dans la grande ligue. Il jouait pour les Panthers l'an dernier, un club qui en arrache dans le champ arrière, et qui n'a pas cru bon de retenir ses services...
Pourtant, il y avait de belles alternatives sur le marché qui s'offraient à Bergevin. Stéphane Robidas est un défenseur droitier nettement plus complet que Gilbert. Il a obtenu un pacte de trois ans avec un salaire légèrement supérieur à celui de Gilbert. Il me semble que l'écart entre les deux contrats se justifie facilement par l'écart de contribution. En plus, Robidas est Québécois...
À l'attaque, Jarome Iginla aurait pu apporter de la hargne et du leadership. Trois ans, seize millions $, pour un ailier droit de premier trio capable d'amasser 60 points en saison et qui ne disparaît pas en séries, c'est raisonnable même si le bonhomme a du millage. N'a-t-il pas été le meilleur attaquant des Bruins en séries face au Canadien pas plus tard que le printemps dernier?
Après cette journée un peu folle aux quatre coins de la LNH, Bergevin dispose encore de quelques millions $ pour terminer ses emplettes, mais les gros poissons sont déjà à bord des chaloupes. Il reste bien Radim Vrbata, courtisé par plusieurs clubs. Mais comme Thomas Vanek, Vrbata n'a jamais profité d'un printemps pour se mettre en valeur. Ni dans la LNH, ni dans la LHJMQ! Parlez-en aux partisans des Cataractes et des Olympiques...