Le brio du gardien Carey Price a guidé les siens vers une victoire en quatre matchs face aux Penguins.
Le brio du gardien Carey Price a guidé les siens vers une victoire en quatre matchs face aux Penguins.

Le CH devra réussir un autre tour de force s'il veut poursuivre sa route

Simon Servant
La Presse Canadienne
Le Canadien de Montréal a fait taire plusieurs détracteurs en disposant des Penguins de Pittsburgh lors de la ronde de qualification de la LNH, mais il devra réaliser un autre tour de force pour poursuivre son chemin.

Après une pause de plus de quatre mois en raison de la pandémie de COVID-19, le Tricolore a relancé ses activités en tant que dernière équipe au chapitre des points sur les 24 invitées par la LNH. Son style défensif tenace, son travail acharné en attaque et le brio du gardien Carey Price l'ont toutefois guidé vers une victoire en quatre matchs face aux Penguins.

Comme la route à emprunter pour progresser en séries et avoir l'occasion de soulever la coupe Stanley ne s'adoucit pas au fil des semaines, ce surprenant triomphe a permis au Canadien d'avoir rendez-vous avec l'équipe de l'heure dans la LNH, les Flyers de Philaldephie, lors des quarts de finale de l'Association Est.

La série s’amorcera mercredi soir tandis que le deuxième affrontement aura lieu vendredi après-midi.

Le défi à relever ne sera pas de tout repos pour le Bleu-blanc-rouge, alors que les Flyers ont remporté leurs trois matchs du tournoi à la ronde de la LNH et ils se sont octroyé le premier rang de l'Est de façon convaincante.

Et pour en rajouter, si on remonte à la saison, les Flyers ont gagné 12 de leurs 13 dernières parties.

«De ce que j'ai vu ici à Toronto depuis le début, les Flyers sont la meilleure équipe si on se fie à leur jeu actuel, a observé l'entraîneur-chef Claude Julien. C'est une grosse équipe équilibrée qui compte sur quatre bons trios et qui a de la profondeur à toutes les positions. Ce sera un beau défi, mais nous espérons que ce que nous venons de vivre pourra nous aider à gagner cette série.»

Après avoir subi un revers lors du deuxième duel de la série contre les Penguins, le Canadien a semblé retrouver ses repères lors des deux affrontements suivants.

L'élan des derniers matchs n'égale peut-être pas celui des Flyers, mais les joueurs du Tricolore ont joué avec l'identité qui leur est propre et ils ont su frustrer les meilleurs éléments des Penguins. C'est ce style de jeu hermétique qui pourrait continuer à leur procurer du succès.

«Nous avons toujours eu cette identité de jouer rapidement et d'utiliser notre vitesse. Nous sommes capables de mieux travailler que notre adversaire et de remporter nos bagarres le long des bandes, a insisté le défenseur Brett Kulak. Nous savons qu'ils vont être agressifs lors du premier match, mais j'aime notre jeu. Et avec Price derrière, nous avons toujours une chance de gagner.»


« De ce que j'ai vu ici à Toronto depuis le début, les Flyers sont la meilleure équipe si on se fie à leur jeu actuel. C'est une grosse équipe équilibrée qui compte sur quatre bons trios et qui a de la profondeur à toutes les positions. Ce sera un beau défi, mais nous espérons que ce que nous venons de vivre pourra nous aider à gagner cette série »
L'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien

Si la formation montréalaise souhaite venir à bout des Flyers, elle devra aussi obtenir de l'aide offensive de ses joueurs clés. Ses quatre meilleurs pointeurs en saison, soit Tomas Tatar, Phillip Danault, Max Domi et Brendan Gallagher, n'ont totalisé que trois mentions d'aide dans la série contre les Penguins.

Tatar, qui a récolté 61 points, dont 22 buts, en 68 parties cette saison, dresse toutefois un portrait plus large de la situation. Le Slovaque met notamment l'accent sur le travail d'équipe plutôt que sur les performances individuelles.

«J'ai eu mes occasions de marquer, mais je n'ai pas réussi à envoyer la rondelle dans le filet. Je ne m'inquiète pas trop de ça. Nous sommes ici en tant qu'équipe et nous devons nous concentrer là-dessus, a-t-il affirmé. Ça paraît mieux quand les statistiques sont élevées, mais nous avons bien joué en équipe et c'est pour cette raison que nous sommes passés au tour suivant.»

Son entraîneur-chef ne semble pas en désaccord avec ses propos. Julien note d'ailleurs l'appui en attaque de joueurs un peu moins attendus.

«En autant qu'il y a toujours quelqu'un qui contribue et qui t'aide à gagner, les choses se partagent éventuellement. C'est ce que nous avons vu contre les Penguins. Des joueurs ont connu une bonne série et sans eux, nous ne serions peut-être pas ici aujourd'hui», a dit l'entraîneur-chef du Canadien.

«Des jeunes comme Suzuki ou Kotkaniemi ont eu le mandat de jouer contre de bons trios et ils ont bien répondu en plus de marquer des buts importants», a ajouté Tatar.

Des retrouvailles

Ce sera une série de retrouvailles pour l'entraîneur-chef des Flyers Alain Vigneault et son adjoint Michel Therrien. Les deux hommes ont dirigé le Bleu-blanc-rouge pendant leur carrière et Therrien a même fait deux passages derrière le banc de l'équipe montréalaise. Dans le dernier cas, c'est Julien qui l'a remplacé, en 2017.

Le Tricolore a perdu ses deux dernières séries contre les Flyers, soit en 2008 et en 2010. Price est le seul joueur de l'équipe à avoir vécu ces deux défaites.