Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Le Canadien passe en demi-finale : qui l’eût cru?

Matthew Vachon
Matthew Vachon
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE / Si on vous avait mentionné en avril que le Canadien de Montréal ne serait qu’à huit victoires de la coupe Stanley au début du mois de juin, vous auriez probablement pouffé de rire devant votre interlocuteur.

Pourtant, grâce à cette victoire de 3 à 2 en prolongation face aux Jets de Winnipeg, le Tricolore se retrouve non seulement en demi-finale des séries éliminatoires de la coupe Stanley, mais il l’a fait en complétant un balayage sans équivoque contre une formation manitobaine qui n’a jamais vraiment semblé dans le coup. Montréal a même obtenu cette quatrième victoire sans l’important défenseur Jeff Petry, lui qui est aux prises avec une blessure aux doigts. Comme si ce n'était pas assez, c'est le nouveau chouchou du public québécois, Cole Caufield, qui a orchestré le but vainqueur inscrit par Tyler Toffoli. 

Du côté des Jets, leur performance, alors qu’ils luttaient pour leur survie, n’a pas impressionné grand monde. Comme l’indique la colonne des tirs (42 à 16 en faveur du Canadien), ils ont été majoritairement dominés par un adversaire beaucoup plus affamé, désireux de clore le débat le plus rapidement possible pour terminer la saison de Mark Scheifele avant la fin de sa suspension. 

Le geste irréfléchi de ce dernier aux dépens de Jake Evans est d’ailleurs ce qui a annihilé les chances de victoire des représentants de Winnipeg dès la conclusion du premier duel. Sans leur centre étoile, les Jets n’ont pas été en mesure d’offrir leur plein rendement offensif. L’occasion était belle pour un joueur comme Pierre-Luc Dubois de racheter une saison compliquée, mais, visiblement ennuyé par une blessure, il n’a semblé qu’une pâle copie du réel hockeyeur qu’il est. 

Certes, les Jets n’ont pas offert une grande opposition, mais il ne faut pas diminuer la qualité de la performance globale des Montréalais tout au long de cet affrontement. Carey Price a été fidèle à lui-même avec les gros arrêts aux bons moments tandis que la défensive devant lui a été hermétique au possible. Avec des arrières aussi physiques que Shea Weber, Joel Edmundson et Ben Chiarot face aux gros patineurs manitobains, ça n’a même pas passé près d’être dérangeant pour Price.

Une attaque revigorée par Gustafsson

Lorsque inséré dans la formation en saison, Erik Gustafsson n’avait rien fait pour rassurer les sceptiques. Son jeu erratique faisait pousser bien des cheveux gris aux amateurs et au personnel d’entraîneurs. Certes, ce n’est pas un apôtre des schémas défensifs, mais, depuis qu’il a été inséré dans les séries, sa présence sur l’attaque massive permet aux hommes de Dominique Ducharme de réellement menacer l’adversaire lors de telles situations. 

L’arrière suédois l’a d’ailleurs bien prouvé en inscrivant le premier but des séries par un défenseur du Canadien au cours de ce gain. Gustafsson ne sera pas utilisé à outrance à cinq contre cinq, ce qui est souhaitable, mais au moins, dans le rôle qui lui est confié, il fait le travail et il mérite de conserver sa place dans la brigade défensive montréalaise. 

Un sacré défi en vue

Maintenant, ce sera les Golden Knights de Las Vegas ou l’Avalanche du Colorado qui se retrouvera sur la route du Canadien. Ça sera tout sauf facile, car ces deux clubs ont été les deux meilleurs de la saison régulière à travers la Ligue nationale de hockey (LNH). Ils se livrent d’ailleurs une intense guerre de tranchées en ce moment (série égale 2 à 2). 

Pendant ce temps, le Canadien, lui, pourra se reposer. Par contre, attention à ce fameux piège potentiel! Les Jets avaient balayé les Oilers d’Edmonton au premier tour avant de tomber à plat contre Montréal, équipe qui venait de l’emporter en sept duels contre les Maple Leaf de Toronto. En séries, le rythme, c'est important.

Donc, au prochain tour, vous préférez Carey Price contre Nathan MacKinnon et sa bande ou Carey Price contre Marc-André Fleury? Pas de doute, ça promet! Et si Montréal espère avoir la moindre chance d'atteindre la finale, ça prendra encore quelques miracles de Price face à cet éventuel adversaire.