Le gardien de but des Estacades midget AAA, Vincent Filion, présente d’excellentes statistiques à sa première année dans le midget AAA.

Le calme et Carey, de précieux alliés pour Vincent Filion

Trois-Rivières — Vers l’âge de 4 ans, quand venait son tour de défendre la cage de son club de hockey mineur, Vincent Filion piquait des crises. Il détestait être gardien de but. Une décennie plus tard, ses chiffres dévoilent qu’il est l’un des meilleurs joueurs, à sa position, dans le circuit midget AAA.

À voir le Shawiniganais protéger la forteresse des Estacades de Trois-Rivières, on s’imagine mal qu’à ses débuts dans le hockey organisé, enfiler l’équipement de gardien représentait un supplice.

«Mes parents m’ont acheté l’équipement quand je suis monté au niveau novice. Il faut croire que j’ai fini par aimer ça», sourit l’adolescent de 15 ans, qui montre un taux d’efficacité de ,945 en six matchs. De ces sorties, il n’en a perdu qu’une seule. Sa moyenne de buts alloués (1,50) le classe au deuxième rang de la ligue.

«Au-delà de mes attentes!», répond-il, quand on lui demande de décrire ses premiers coups de patin dans le midget AAA. Il a d’ailleurs été nommé joueur défensif de septembre à travers le Québec. Un prix d’équipe, prend-il la peine d’ajouter.

«Les gars en avant m’ont sauvé à quelques reprises! Je sais qu’une partie du travail me revient, mais on gagne tous ensemble.»

Et gagner, Filion y est parvenu pas plus tard que l’an dernier, au sein du réseau bantam AAA, en étant sacré champion des provinciaux. Ce n’est pas banal pour une petite région comme la Mauricie. Chaque triomphe du genre insuffle beaucoup de fierté dans notre hockey mineur.

«Notre parcours ressemblait à celui des Blues de St. Louis: personne ne nous attendait là, on ne jouait même pas pour ,500 en saison. Quand j’ai vu [le gardien] Jordan Bennington soulever la coupe Stanley, je n’ai pas pu faire autrement que de penser à nous.»

Si le gardien recrue des Blues l’a inspiré, personne n’arrive à la cheville de Carey Price pour Vincent Filion. Normal, le jeune homme a toujours vu l’homme masqué avec un chandail tricolore, du plus loin qu’il se souvienne. «J’aime son calme, il est mon modèle.»

Entraîneur des gardiens chez les Estacades, Jimmy Appleby renchérit. «Il a du plaisir dans les avant-matchs, ce n’est pas le type de gars qui va se mettre beaucoup de pression sur les épaules. Il a hâte d’embarquer. C’est vrai que son calme le caractérise et ce n’est pas toujours le cas avec les gardiens.»

Filion a tracé son chemin jusqu’au midget AAA. Surclassé dans les rangs pee-wee, il a mérité son poste au camp d’entraînement, même si la lutte était bien réelle parmi les candidats.

Il y a quelques jours, son coéquipier William Rousseau s’est blessé à un ligament. Il voit donc un peu plus d’action que prévu. Et il répond brillamment aux attentes.

En ce moment, Filion mesure 6 pieds. Il a encore le temps de grandir. «Ça, c’est la chose que je ne contrôle pas! On m’a dit que les recruteurs regardaient à partir de 6p1, que c’était le minimum. C’est clair que je préférerais être un 6p4, mais ça ne devrait pas être le cas. Par contre, je vais travailler fort pour augmenter mes chances d’être bien repêché dans la LHJMQ. Après, on verra.»

Un objectif à la fois

Filion a grandi en encourageant les Cataractes. Il se rappelle du printemps Memorial et même de l’aréna Jacques-Plante. Il connaît bien Martin Mondou, car il travaille à la billetterie du Centre Gervais Auto.

«C’est mon club... pour l’instant», dit-il en riant... et en ajoutant qu’il ne se mettra pas de pression indue en pensant au repêchage junior majeur.

«Non, je ne suis pas le gars qui va regarder ses statistiques. Par contre, dans le vestiaire, des coéquipiers ont placé le classement à la vue de tous et il est juste à côté de moi! On a un bon début de saison, c’est vraiment le fun. Je sais qu’on affrontera bientôt [le 25 octobre] les Cantonniers à Magog. Comme nous, c’est un des bons clubs de la ligue, on a hâte de voir où on se situe par rapport à eux.»

Pour Appleby, sa technique et son sens de l’anticipation sont les principales forces de Filion. «Il suit bien le jeu, sa compréhension est à un niveau supérieur. C’est un p’tit gars intelligent, ça aide! Il doit améliorer l’explosion au niveau de ses déplacements, mais ça va venir avec le temps. La bonne nouvelle, c’est qu’il le sait.»

Repêchage de la LHJMQ et potentielle sélection sur l’équipe canadienne en vue des Jeux olympiques de la Jeunesse, en Suisse au début de 2020: les prochains mois pourraient être fort occupés pour Filion.

Équipe Canada dévoilera son alignement en novembre. D’ici là, Filion portera toute son attention sur les Estacades.