Patrice Gemme excelle non seulement sur le terrain, mais aussi à l'extérieur de celui-ci.

Le boss, c'est lui!

Patrice Gemme ne se contente pas de diriger l'attaque des Diablos sur le terrain. Sa fibre entrepreneuriale fait de lui un des rares étudiants-athlètes au Québec à diriger sa propre entreprise.
Le porteur de ballon, qui écoule sa quatrième et dernière année au Cégep de Trois-Rivières, concilie études, football et gérance d'une compagnie.
Il y a deux ans, il achetait une franchise de Vitres.net, dont la mission vise à créer une relève chez les gens d'affaires au Québec. Une occasion en or pour cet étudiant en Gestion du commerce, qui gère depuis un chiffre d'affaires de 200 000 $ et une quinzaine d'employés saisonniers... dont quelques uns de ses coéquipiers des Diablos.
«On se spécialise dans le lavage de vitres et de gouttières. Au sein de ma franchise, je compte 300 clients à Trois-Rivières et nous sommes parmi les plus rentables au Québec pour Vitres.net», explique Gemme, qui consacre plus de 1000 heures par année à gérer, comptabiliser... et laver.
«J'aime la flexibilité des horaires. Entre deux cours au cégep, j'appelle mes clients. C'est dix mois par année et c'est très stimulant.»
Pour lui, il s'agit en quelque sorte d'un stage payant, vu son domaine d'études. «Je connais la réalité des étudiants. Or, ce sont tous des jeunes que nous engageons. Ça facilite les rapports.»
Sur le plan personnel, cette initiative lui a aussi permis de mieux s'intégrer à Trois-Rivières, sa ville d'adoption. Originaire de Saint-Amable en Montérégie, il a même rencontré sa copine grâce à son métier d'entrepreneur!
Gemme est aussi le patron sur le terrain. Du moins, c'est ce que ses chiffres laissent supposer. Depuis le début de l'année, il revendique 385 verges de gains au sol, pour une moyenne de 5,6 verges par course. À ces statistiques s'ajoutent cinq touchés.
Aucun doute, il est le général de l'offensive trifluvienne. «Tu ne peux pas demander à tous tes joueurs d'être comme Patrice Gemme, mais il a certainement un effet positif sur ses coéquipiers. Il transmet sa volonté aux autres et ça devient contagieux», résume l'entraîneur François Dussault.
Pourtant, Gemme n'a pas eu un parcours parfait dans les rangs collégiaux. Sous l'égide de Martin Croteau à sa première année, il s'est cassé la main. Un an plus tard avec Olivier Turcotte-Létourneau comme entraîneur-chef, il a raté plusieurs parties en raison d'une foulure à la cheville.
Il s'est heureusement désabonné de l'infirmerie à partir de 2016, si bien qu'il a pu démontrer tout son talent et son potentiel. Toutes les équipes universitaires au Québec, hormis le Rouge et Or, ont manifesté de l'intérêt jusqu'à présent pour l'enrôler.
«Mon but, c'est d'être le meilleur porteur de ballon de la division 2. Je pense qu'on a l'équipe pour faire un bon bout de chemin.»
Dussault, lui, sait qu'il mise sur un joueur d'exception. «Il a connu trois entraîneurs différents en quatre ans, rappelle le grand manitou. Ça ne l'a pas empêché de s'adapter au style de chacun et de bien comprendre le livre de jeux. J'en ai vu des porteurs de ballon depuis que je baigne dans le football, mais lui, il est spécial. Il mange bien, il se repose, il fait toutes les bonnes choses. Quand je l'ai connu, il était presque végétarien! Il a toute une discipline de vie.»
Dussault, Gemme et les Diablos (2-1) reçoivent la visite des Griffons du Cégep de l'Outaouais (1-3), samedi soir au Stade Diablos, dès 19 h 30.