Avec des assistances décevantes cette saison, l'avenir du club n'est pas assuré, comme il ne l'était pas à pareille date l'an dernier, et une participation aux éliminatoires semble critique. Cependant, la serviette n'a pas été lancée dans le camp du Blizzard.

Le Blizzard aimerait bouger

Avec quelques heures à faire avant la date limite des transactions, mardi soir à 19 h, les équipes de la Ligue nord-américaine de hockey sont impliquées dans un sprint de discussions auquel fait partie le Blizzard, dont la situation est bien différente des dernières années.
Avec un retard de sept points sur la dernière place donnant accès aux séries et 11 matchs à jouer, le Blizzard se retrouve dans une position où il serait plus avantageux d'être vendeur qu'acheteur et ainsi préparer le futur. Par contre, avec des assistances décevantes cette saison, l'avenir du club n'est pas assuré, comme il ne l'était pas à pareille date l'an dernier, et une participation aux éliminatoires semble critique. Cependant, la serviette n'a pas été lancée dans le camp du Blizzard. 
«Je veux apporter plus de vitesse à l'équipe, se rajeunir et réussir à participer aux séries, mais tout en pensant à l'année prochaine. Jusqu'à preuve du contraire, le Blizzard revient l'an prochain et toutes nos actions vont en ce sens», mentionne le directeur général Samuel Fortier.
Ce dernier pensait bien être en mesure de fignoler un ou deux marchés en fin de soirée lundi soir, mais les discussions ont été remises à mardi.
«Nous avons de bons vétérans qui vont rester. Mais nous avons aussi notre liste de 50 joueurs sur laquelle on doit travailler pour embellir l'alignement. Avec l'ancienne direction, il s'est donné plusieurs choix de repêchage en début d'année, donc je veux rebâtir la banque.»
Le dossier de Patrick Bernier retiendra aussi l'attention de Fortier dans les prochaines heures. Acquis dans une transaction contre François Fortier il y a deux semaines, l'attaquant de puissance n'a toujours pas disputé un match avec le Blizzard.
«Nous sommes en communication avec lui, mentionne Fortier. Il ne sait pas s'il veut jouer ici ou ailleurs. C'est demain qu'on va le savoir. Nous allons tout faire pour qu'il joue ici, mais sinon, nous pourrions l'échanger de nouveau.»
Ailleurs dans la LNAH, le gros coup de la journée de lundi s'est produit en soirée quand les Marquis de Jonquière ont fait l'acquisition du défenseur Francis Trudel des 3L de Rivière-du-Loup en retour du gardien Loïc Lacasse.