Le BigFoot et le Bellemare sont au coude-à-coude après quatre matchs en finale. L'issue de cette série sera donc connue la fin de semaine prochaine.

Le BigFoot encore dans le coup

Il y avait trop de vécu dans le vestiaire du Bigfoot pour laisser le Bellemare gagner sans adversité en grande finale. Tirant de l'arrière 0-2 après le premier week-end, les équipiers d'André Alie ont rebondi, méritant des gains de 3-2 et 3-1. Cette série est donc maintenant égale 2-2.
«On a fait les bons ajustements. Le mérite revient aux joueurs, ils ont montré leur visage de guerrier. On affronte une machine très structurée, fallait afficher beaucoup plus d'émotions si on voulait compétitionner. Les gars l'ont fait en fin de semaine», expliquait Alie, fier de la tenue de ses hommes.
«Nous étions complètement dans les câbles, nous sommes sortis de là mais c'est loin d'être terminé. Il faut continuer à sortir des mêlées et tout de même jouer avec beaucoup d'intensité.»
Dans l'autre camp, André Lachance était un peu déçu.
«Ça fait trois séries en ligne que ça nous arrive. Nous avons une équipe jeune, je pense que les gars croyaient que ce serait facile en fin de semaine. Dans cette ligue-là, tu peux te faire marquer trois buts sur trois tirs. Nous n'avons pas été très prudents», soulignait Lachance.
«Le Bigfoot voulait plus que nous. Leur gardien a été bon. Il a aussi déplacé lui-même son filet, perdu volontairement sa mitaine pour nous ralentir. Il connaît tous les trucs du métier!»
Ce duel prend maintenant le virage d'une confrontation deux de trois, qui se réglera d'une façon ou d'une autre en fin de semaine prochaine. «J'ai dit aux gars de prendre soin d'eux cette semaine, qu'ils auront besoin d'énergie pour faire face au défi qui nous attend», souriait Alie. 
«Nous avons l'avantage de la glace. À Vegas, les cotes sont pour nous. À condition évidemment de se présenter. Il faut mieux gérer nos émotions», concluait Lachance.