Le Bellemare de Louiseville est en bonne position pour répéter ses exploits de l’an dernier au hockey senior. Les Loups de La Tuque n’ont plus beaucoup de marge de manoeuvre.

Le Bellemare en contrôle, les Loups dépassés

TROIS-RIVIÈRES — Sept pénalités majeures ont été décernées aux joueurs des Loups de La Tuque samedi, alors que le Bellemare de Louiseville en recevait trois. Non, le deuxième match de la finale de la Ligue de hockey senior AAA du Québec, disputé devant près de 900 partisans au Colisée Denis-Morel, n’a pas été un long fleuve tranquille. Ils sont plusieurs à en garder des ecchymoses en ce début de semaine.

Si le Bellemare a pris les choses en main ce week-end en gagnant aisément les deux premières parties de la confrontation, ses dirigeants gardent un goût amer de la dernière soirée passée en Haute-Mauricie.

Alors que le premier trio des Louisevillois et leur meilleur duo de défenseurs se retrouvaient sur la glace, le banc des Loups s’est vidé de ses joueurs et une mêlée générale a suivi, au début de la troisième période. Le Bellemare menait 8-2 à ce moment. Le match s’est soldé par la marque de 9-2.

«Des mêlées générales, on en voit au hockey senior. Mais il existe un code d’honneur entre hommes forts dans notre sport et celui-ci n’a pas été respecté samedi», affirme le directeur général de Louiseville, Dean Lygitsakos, aussi adjoint à son entraîneur-chef André Lachance.

«Nous avons eu la confirmation que la commande de vider le banc a été faite par l’état-major des Loups. Leurs dirigeants voulaient nous provoquer. Ils attendaient leur moment. Ce qu’on trouve inacceptable, c’est la façon qu’ils s’en sont pris à nos meilleurs joueurs.»

Lygitsakos cite l’exemple de Matthieu Roy, frappé sur le côté de la tête par Yves Girard des Loups. Roy aurait perdu connaissance sur la séquence. «Notre thérapeute a foulé la glace et on entendait Maxime Vachon narguer notre joueur blessé. J’ai toujours eu du respect pour Yves Girard, d’habitude il se comporte bien. Mais samedi, ce geste n’avait pas sa place. On veut du jeu viril, mais de notre côté, nous avons toujours prôné les duels entre hommes forts. Ce n’était pas ça à La Tuque. On a reçu beaucoup de coups vicieux.»

Qu’à cela ne tienne, le grand manitou des champions en titre du circuit refuse de se poser en victime. Il garde un goût amer d’un épisode survenu en demi-finale, face à Saint-Léonard-d’Aston. «J’ai détesté comment le BigFoot a géré l’histoire sur la suspension de Pierre-Luc Bouchard, alors on ne commencera pas à se plaindre. Rien ne va réussir à nous distraire, même si je trouve certaines scènes assez tristes. Ça donne un désir de vaincre additionnel.»

Pas de commande du banc, assure Gauthier
Répondant aux commentaires de Lygitsakos, l’entraîneur des Loups, Tommy Gauthier, balaie du revers de la main l’hypothèse de son vis-à-vis.

«La commande ne venait pas du banc. Les gars savaient ce qu’ils avaient à faire à ce moment-là. On perdait 8-2 devant une de nos meilleures foules de l’année, on offrait du hockey misérable. Ce n’est peut-être pas une belle façon de répliquer, mais nous n’allions nulle part. Avec les amendes et les milliers de dollars associés aux mêlées générales, je ne vois pas qu’est-ce que j’aurais eu à gagner, comme coach, à agir de la sorte.»

Lygitsakos maintient sa position. «Ces joueurs là ne font pas ça sans avoir l’accord de quelqu’un placé plus haut qu’eux. Il y a de bonnes personnes du côté de La Tuque. J’en connais plusieurs et ce ne sont pas tous des raisins.»

«Notre pire hockey de la saison»
Le Bellemare n’a perdu que cinq matchs depuis le début de la saison. Presque acculés au pied du mur, les Latuquois devront maintenant les battre quatre fois en cinq matchs pour offrir un premier championnat de hockey senior depuis des lunes à leurs partisans.

«On joue notre pire hockey de la saison présentement. Je t’en parle et je suis encore sous le choc», bougonne Gauthier. «Nous sommes plus robustes qu’eux, on essaie de brasser la soupe, mais il faut commencer à jouer au hockey.»

Le chef de la meute reconnaît les aptitudes des représentants de Louiseville. Cette cuvée 2017-18 a déjà fait sa place dans le livre des records du hockey senior québécois. «Sauf qu’en ce moment, je ne suis nullement impressionné par leur jeu, pour la simple et bonne raison que c’est trop facile de nous affronter! On leur donne trop d’avantages numériques et d’échappées. L’an dernier, ils menaient aussi 2-0 dans la série demi-finale avant qu’on revienne à 2-2. C’est le temps de réagir.»

À Louiseville, Lygitsakos surveillera l’état de santé d’au moins quatre joueurs. Aucun doute, la mêlée générale de samedi a laissé des traces. «C’est le risque inhérent associé à la réalité du hockey senior. Mais ce ne sont pas des blessures de guerre non plus. C’est ça qui est choquant. On a beaucoup de profondeur, ça va nous aider à traverser cette période.»

Il y a de fortes chances que le comité de discipline de la LHSAAAQ sévisse dans les prochaines heures. Gauthier s’attend à perdre deux joueurs pour quelques matchs.