Le kayakiste Laurent Lavigne sue à grosses gouttes à l’entraînement en vue des Mondiaux juniors.

Laurent Lavigne en route vers les Mondiaux juniors de canoë-kayak

Trois-Rivières — Le kayakiste trifluvien, Laurent Lavigne, participera aux Championnats du monde junior et M23 de canoë-kayak de Vitesse, en Roumanie, qui se tiendront du 1er au 4 août. L’athlète de 18 ans avait très bien fait aux essais nationaux #2 de Canöe-kayak Canada, terminant troisième au 1000 m et sixième au 200 m, alors qu’il était opposé aux meilleurs seniors en K1.

Classé comme le meilleur junior au pays, Laurent est présentement en pleine préparation en vue des Championnats mondiaux avec six jours d’entraînement par semaine. «L’été, on rame deux fois par jour et on fait une musculation ou une course par jour. C’est un entraînement assez intense», soutient-il. Il se concentre actuellement sur le bateau individuel aux 200 m et 500 m. Pour garder sa forme en hiver, il fait de la natation ou du ski de fond en plus de la musculation.

Pendant les entraînements et les diverses compétitions, le kayakiste exploite tout son talent et sa force physique pour pouvoir exceller autant au 200 m, qu’au 500 m et au 1000 m. «Je me débrouille très bien sur les trois distances. Ça m’avantage par rapport aux autres, puisque je suis capable de performer dans les trois, tandis que certains peuvent le faire sur une seule distance», précise-t-il. Laurent confirme toutefois que sa plus grande force est au niveau du 500 m.

Comme tout athlète qui compétitionne à un haut niveau, Laurent souhaite revenir de la Roumanie avec une médaille au cou. «Mon objectif principal est de revenir avec une médaille. Dès que tu es rendu là-bas, c’est sûr que tu vises la première place. Je vais courser le 200 m et le 500 m. Dans le meilleur des mondes, je vais revenir avec une médaille dans chaque course», espère-t-il, confiant.

une inspiration familiale

Laurent a commencé à faire du kayak à 12 ans, alors inspiré par son frère Albert. Il n’a pas forcé les choses, la passion est venue à lui naturellement. «Au début, j’ai commencé ça pour le plaisir, mais je suis vite tombé au niveau compétitif. J’ai tout de suite accroché là-dessus», raconte-t-il. Il s’est alors inscrit dans le programme de sports-études en canoë-kayak à l’Académie les Estacades de Trois-Rivières pour améliorer sa façon de pratiquer. «Ça aussi j’ai accroché dès le départ. Je me suis vite rendu compte que c’était là-dedans que je voulais poursuivre», remarque-t-il.

Comme pour plusieurs, Laurent aimerait atteindre les Jeux olympiques. Même si une participation aux Jeux de 2020 n’est pas très accessible en tenant compte du délai plutôt court, une place aux Olympiques de 2024 peut être un objectif atteignable et réalisable pour lui s’il continue à bien performer lors des prochaines compétitions.

Une équipe en attente

Par ailleurs, une équipe de quatre kayakistes est présentement en attente d’une décision concernant sa participation aux Championnats du monde dans la catégorie M23.

Il s’agit de Maxence Beauchesne, Albert Lavigne, Olivier Courchesne et Victor Desaulniers. Les quatre athlètes avaient pourtant assez bien fait pour se qualifier pour les Championnats, mais ils n’ont malheureusement pas reçu d’invitation pour cette compétition internationale. C’était le comité de sélection de Canöe kayak Canada qui devait déterminer s’ils étaient assez dominants pour les Mondiaux.

«Ils ont pourtant fait le meilleur temps, mais en raison du vent, ils n’ont pas pu entrer dans les temps standards. Ils sont alors allés en appel de la décision et ils attendent le résultat», souligne leur entraîneur au Club de canoë-kayak de Trois-Rivières, Mathieu Pelletier.

Si les quatre athlètes obtiennent leur laissez-passer, ils compétitionneront dans la catégorie M23. Le verdict devrait être rendu d’ici le 22 juillet, moins de deux semaines avant le début des Championnats.