Laurence Vincent-Lapointe a devancé sa plus proche poursuivante par plus de deux secondes en finale du C-1 200 mètres, en Allemagne.

Laurence Vincent-Lapointe s'offre l’or pour ses 26 ans!

MONTRÉAL — Pour son 26e anniversaire, Laurence Vincent-Lapointe s’est offert l’or au C-1 200 mètres de la Coupe du monde de canoë-kayak de Duisbourg, en Allemagne. Il s’agit de sa quatrième victoire de suite. Elle avait remporté les honneurs dans cette épreuve et au C-2 500 mètres le week-end dernier et samedi avec sa partenaire Katie Vincent.

«Non seulement je gagne, mais je me bats contre moi-même pour aller le plus vite possible. Quand je gagne une course comme ça, je suis vraiment contente parce que c’est l’excitation d’aller toujours plus vite et de m’améliorer. Ça m’excite toujours quand je fais une course qui me rend fière comme celle d’aujourd’hui», a dit d’entrée de jeu Vincent-Lapointe.

Elle a enregistré un chrono de 45,885 s. Sa plus proche poursuivante a été la Russe Kseniia Kurach (47,929 s). La Britannique Katie Reid (48,616 s) a quant à elle fini troisième.

Vincent-Lapointe est constamment en quête de meilleurs temps et de repousser ses limites.

«La semaine passée, j’ai fait un record du monde en vague, je me suis battue en demi-finale et j’ai rebattu mon record du monde en finale. Je ne sais pas c’est quoi ma limite. Est-ce que je l’ai atteinte? Est-ce que c’est encore beaucoup plus vite que ça? Je ne pense pas que je l’ai atteinte encore. Je pense que je suis capable d’aller chercher encore plus de vitesse. Je suis énervée à l’idée de voir jusqu’où je peux aller», a commenté la Trifluvienne.

Son objectif derrière tout ça est de répéter ses exploits aux prochains Jeux olympiques et d’établir des records qui tiendront très longtemps.

«Le canoë féminin n’est jamais allé aux Jeux olympiques. L’année passée, on a appris que ça allait être inclus en 2020. Je me doutais que ça allait arriver et j’attendais depuis longtemps d’avoir la chance d’y participer», a-t-elle raconté.

«C’est devenu un objectif précis, donc la poursuite d’essayer d’aller le plus vite possible, c’est dans le but de le faire aux Olympiques.»

«Je veux battre des records, mais des records qui vont tenir longtemps. C’est pour ça que j’essaye de pousser pour aller le plus loin.»

Au C-1 5000 mètres, Vincent-Lapointe a pris le troisième rang avec un temps de 27 min 14,472 s. Anne-Sophie Lavoie-Parent a quant à elle fini huitième (28 min 18,418 s).