Laurence Vincent-Lapointe (à l’avant), qui fêtera ses 27 ans lundi, a démarré sa saison en lion sur le circuit de la Coupe du monde. Après sa victoire au C1 200 m samedi, elle a récidivé en gagnant l’or au C2 500 m, dimanche, avec sa compatriote Katie Vincent.

Laurence Vincent-Lapointe assure!

Poznan — Après avoir remporté l’or samedi au C1 200 m, Laurence Vincent-Lapointe est montée une fois de plus sur la plus haute marche du podium en Coupe du monde de canoë-kayak de vitesse dimanche. En compagnie de sa partenaire Katie Vincent, les Canadiennes se sont imposées au C2 500 m de Poznan, en Pologne.

Le duo a franchi la ligne d’arrivée avec un chrono de 1 min 54,389 s. Comme la veille, l’eau était très agitée dans le bassin, ce qui a donné du fil à retordre aux canoéistes. La Trifluvienne Vincent-Lapointe et l’Ontarienne Vincent ont donc décidé d’utiliser un rythme axé sur la puissance et non sur la vitesse pour leurs rames.

«C’était loin d’être calme! En arrivant sur l’eau, j’étais nerveuse, mais je n’avais pas de doutes que nous allions bien faire ça. Nous étions toutes les deux en confiance de nos capacités. Nous nous sommes un peu déplacées du milieu de notre couloir, mais nous nous sommes replacées. J’avais confiance que Katie allait bien diriger notre bateau et qu’elle avait le contrôle. Nous avons poussé tout au long de la course. À la fin, il y avait énormément de vagues, ce qui rendait ça plus difficile», a dit la multiple championne du monde, en direct de la Pologne.

Les Chinoises Ma Yanan et Sun Mengya (1 min 55,829 s) ont mis la main sur l’argent et les Ukrainiennes Liudmyla Luzan et Anastasiia Chetverikova (1 min 56,513 s) ont récolté le bronze.

«Je ne savais pas trop à quoi m’attendre des Chinoises. Je savais que nous allions avoir de l’avance, mais à quel point, aucune idée. Je suis contente de voir que toutes les heures d’entraînement que nous avons fait cet hiver ont payé. Si elles étaient sur nos talons et que ça se jouait à un cheveu, ça voudrait dire qu’elles se seraient beaucoup plus améliorées que nous, ce qui aurait été un peu difficile à encaisser», a poursuivi la Québécoise.

Le week-end prochain, à la Coupe du monde de Duisbourg (Allemagne), Laurence Vincent-Lapointe fera le C1 200 m, le C2 500 m et le C1 5000 m.

«Le 5000 m, ce n’est pas une distance olympique ni une sur laquelle je me concentre. Aujourd’hui, c’est Katie qui a gagné cette épreuve. Il n’y a pas vraiment d’enjeux, c’est vraiment plus pour le plaisir et pour donner un bon spectacle. Il se passe des choses sur cette distance! Ça va être l’fun!»

De son côté, le Trifluvien Vincent Jourdenais, en compagnie de son équipier Brian Malfesi, a pris le troisième rang de la finale B du K2 1000 m

Du vent? Pas de problème!

Samedi, la fin de semaine de Vincent-Lapointe avait commencé sur les chapeaux de roues, au C1 200 m, la multiple championne du monde faisant fi des mauvaises conditions météorologiques pour remporter l’or devant Katie Vincent.

La Trifluvienne avait enregistré un chrono de 45,265 s, alors que l’Ontarienne Vincent réalisait un temps de 46,413 s.

«Les conditions n’étaient vraiment pas idéales. C’était très venteux avec des vagues qui rebondissaient partout sur les murs en béton de chaque côté. C’était très difficile de contrôler le bateau. J’ai tellement été surprise de mon temps, c’est vite, ridiculement vite pour des conditions comme ça.»