Plusieurs joueurs des Diablos ont décidé de se teindre les cheveux en rouge, à l’aube du début des matchs éliminatoires au football collégial. Dans l’ordre: Éloi Bergeron, Antoine Noël, Lucas Desbouis et Camilo Escamilla Conte.

L’attente tire à sa fin pour les Diablos

TROIS-RIVIÈRES — Il aura fallu attendre 11 ans et quelques cohortes, mais les Diablos (4-4) seront enfin de retour à domicile pour disputer un match éliminatoire, samedi à 19 h 30 au Cégep de Trois-Rivières, quand ils recevront les Nomades du Collège Montmorency (3-5).

Ce duel de quarts de finale mettra aux prises deux équipes qui s’étaient livré un duel intense en début de saison, à Laval. Grâce à un placement sur le dernier jeu du match, le botteur Kevin Morin avait confirmé la victoire des Diablos, qui gonflaient alors leur fiche à 2-0.

L’entraîneur-chef des Rouges, François Dussault, ne tarissait pas d’éloges à l’égard des Nomades, cette semaine alors que son club se préparait pour cette partie sans lendemain. «C’est une équipe complète, ils peuvent vous faire mal paraître à l’attaque autant par le jeu au sol que par la voie des airs. Ce sera une bonne commande pour notre défensive.»

Diablos et Nomades ont eu droit à une bonne séance d’entraînement, samedi passé, quand ils ont joué le dernier match de leur campagne dans des conditions météorologiques exécrables. Montmorency s’est avoué vaincu 24-3 à Valleyfield (7-1), la meilleure formation de la division 2 du football collégial. Une égalité de 3-3 persistait toutefois au troisième quart.

C’est un peu l’histoire de la saison des jeunes Nomades. «On a perdu trois de nos cinq matchs par l’écart de trois points ou moins», précise leur entraîneur-chef Frédéric Morissette.

«Des défaites comme celle face aux Diablos, on en a eu quelques-unes. En même temps, ça prouve à quel point cette ligue est compétitive. Je suis d’accord avec François quand il dit que c’est le circuit le plus intéressant à suivre cette année. Il n’y avait pas vraiment d’équipe de bas de classement cet automne. La preuve, avec une défaite, les Diablos auraient raté les éliminatoires. Une victoire leur permettait d’obtenir un match de quarts de finale à domicile!»

Les Nomades misent sur le porteur de ballon le plus efficace de la ligue en Marc-Arthur Jérôme (1325 verges au sol pour 10 touchés). Les Diablos ne sont pas en reste avec l’apport de Michaël Morin, troisième porteur sur le plan des statistiques avec ses 926 verges et huit touchés.

«Il est le cœur et l’âme de l’attaque des Diablos», selon Morissette. «Il faut l’arrêter, ce ne sera pas une tâche si simple. Les Diablos sont reconnus pour être très physiques.»

Carnet de notes

Les deux entraîneurs s’entendent pour dire que les unités spéciales pourraient faire la différence samedi soir. En ce sens, les Diablos auraient un léger avantage avec Kevin Morin, parfait avec ses 12 placements en autant de tentatives...

Il y a 11 ans, jour pour jour, les Trifluviens s’inclinaient 17-14 contre Victoriaville, en quarts de finale au Stade Diablos. Depuis ce temps, ils n’ont plus foulé leur terrain pour une rencontre éliminatoire. La dernière victoire de l’équipe lors du tournoi automnal remonte à 2012, quand la bande alors dirigée par Martin Croteau avait causé la surprise à Saint-Jean-sur-Richelieu (24-21)...

L’équipe devait plier l’échine une semaine plus tard contre André-Grasset, à Montréal (48-31)...

Considérant qu’il s’agira de la dixième semaine de football de la saison, les Diablos sont en relative bonne santé.

La mode est au rouge

François Dussault ne sentait pas une fébrilité particulière à l’approche du match de samedi, cette semaine à l’entraînement. Et c’est peut-être mieux ainsi.

Ceci dit, pour tous les joueurs de l’édition 2018, le privilège de jouer une partie de quarts de finale à domicile s’avère une grande source de motivation. «Je pense que cette cohorte méritait ça», disait l’entraîneur-chef, alors que ses troupiers s’apprêtaient à gagner le terrain pour une autre pratique.

Plusieurs d’entre eux arboraient une nouvelle coupe de cheveux. Le rouge était d’ailleurs à l’honneur!

«Ma tante est coiffeuse, elle nous a arrangé ça», souriait Antoine Noël, flanqué de son coéquipier Lucas Desbouis.

«Ça s’est décidé lundi. Si nous gagnons en quarts de finale, on va probablement ajouter des motifs, comme le logo de l’équipe, par exemple. Plus les rondes avanceront, plus on sera ridicule! Par contre, on va s’assurer de demeurer concentrés sur la tâche à accomplir.»

Noël et Desbouis savent que ce ne sont pas tous leurs coéquipiers qui les suivront et ça ne les importune pas. «On comprend ça. L’important, c’est qu’on pousse tous dans la même direction samedi. Je ne dirais pas que les gars sont plus stressés. C’est un stress normal qui accompagne une préparation d’avant-match. Mais j’avoue que ce sera spécial samedi.»

Les joueurs de la cuvée actuelle commençaient leur primaire la dernière fois que l’équipe a présenté un match éliminatoire à la maison! Pour eux, ce n’est qu’une anecdote parmi d’autres.

«Nous voulions marquer le 50e anniversaire des Diablos. En saison, je pense que c’est réussi, maintenant il nous reste les séries», explique le joueur de ligne défensive Guillaume Beaulac, qui s’est rendu en finale du Bol d’or avec le Séminaire Saint-Joseph en secondaire 5.

«On espère qu’il y aura une bonne foule. On va être prêts. J’ai confiance en ce groupe, même si les Nomades seront un gros défi.»