Le nageur de Mégophias Philippe Vachon aimerait grimper sur le podium aux Jeux du Commonwealth.

L’attente a assez duré pour Vachon

TROIS-RIVIÈRES — Difficile d’être plus prêt pour les Jeux du Commonwealth que Philippe Vachon. Le paranageur des Mégophias de Trois-Rivières rêve d’une compétition de cette envergure depuis longtemps. Bien installé dans les quartiers généraux de l’équipe canadienne, l’athlète de 22 ans espère simplement que les catastrophes naturelles vont l’épargner.

L’été dernier, le natif de Blainville peinait à tenir en place, à l’aube de sa première participation au Championnat du monde de paranatation, prévu au Mexique. Cependant, dans les jours précédant la compétition, le pays avait été touché par un puissant séisme qui avait forcé l’annulation des épreuves. Six mois plus tard, le voilà de nouveau à l’aube d’une grande compétition internationale. Et il trépigne à nouveau d’impatience! «On était allé s’entraîner en altitude précisément pour être bien préparé pour les Mondiaux. C’était frustrant de ne pas pouvoir faire la compétition. Mais en même temps, ce n’était pas du temps perdu dans le vide. L’entraînement a quand même rapporté des bénéfices», a souligné au Nouvelliste le paranageur de 22 ans. «Maintenant, j’ai hâte de pouvoir vivre une compétition avec autant de nageurs et autant de pays représentés!»

En Australie, Vachon aura droit à son plus important défi en carrière, au sein de la plus grande délégation canadienne de paranatation envoyée aux Jeux du Commonwealth (11 nageurs). Toutefois, il a dû faire une croix sur ses épreuves de prédilection, le 100 m dos et le 100 m papillon, qui ne sont pas au programme. C’est plutôt aux 100 m brasse, 100 m libre et 200 m quatre nages qu’il aura l’occasion de briller. Pendant que son entraîneur Charles Labrie espère une place en finale «et un résultat pouvant se rapprocher du podium», le principal intéressé corrobore surtout l’objectif de podium. «Mon plus gros objectif, je le garde pour le 200 m quatre nages. Je pense qu’un podium, c’est réalisable.»

Aux côtés des vedettes
Au sein de l’équipe de natation, Philippe Vachon aura l’occasion de côtoyer les meilleurs nageurs au pays, dont la sensation des Jeux olympiques de Rio 2016, Penny Oleksiak. On retrouve aussi dans l’équipe Kylie Masse, championne du monde et détentrice du record mondial au 100 m dos.

«Je ne vais pas faire mon groupie là-bas, mais c’est certain que j’aimerais prendre une photo avec les meilleurs nageurs au monde. Je vais peut-être en profiter pour demander quelques conseils», explique sagement celui qui a remporté la médaille d’or au 100 m dos de la World Series de paranatation au Danemark, en 2017.

L’équipe canadienne de paranatation comptera aussi sur des visages bien connus du public, dont la quadruple médaillée et porte-drapeau canadienne aux Jeux paralympiques de Rio, Aurélie Rivard. En tout, huit femmes et trois hommes composent l’équipe de paranatation canadienne.