Après une longue guerre sur les réseaux sociaux, Simon Kean et Adam Braidwood régleront leurs comptes dans l’arène, samedi soir.

L’attente a assez duré

Shawinigan — Après des mois d’attente, les paroles vont enfin laisser la place aux actions, samedi soir au Centre Gervais Auto de Shawinigan, alors que Simon Kean et Adam Braidwood vont livrer un duel attendu d’un océan à l’autre pour les titres IBO Intercontinental et WBC Francophone des poids lourds.

Si les deux boxeurs se sentaient inspirés pendant leur présence au micro jeudi lors de la conférence de presse, l’ambiance était passablement différente, vendredi à la pesée officielle qui s’est tenue à la Place des canotiers de Shawinigan.

Au moment de grimper sur la balance, Kean a enregistré une marque de 237,5 livres tandis que son opposant britanno-colombien est monté sur le pèse-personne à 245,9 livres. Cet écart de huit livres n’a d’ailleurs tracassé aucun des deux clans.

Après un face à face sans histoire, au cours duquel les deux boxeurs ont même respecté une distance surprenante entre eux, les attaques verbales ont été plus réservées devant les caméras.

Pour le Trifluvien Kean, il est temps de passer aux choses sérieuses après une longue campagne de promotion. Ceci dit, le Grizzly a tout de même noté un changement chez son rival au cours des derniers jours.

«On dirait qu’il se dégonfle un peu, plus le combat approche. Il me nargue moins, je le sens un peu plus peureux.»

Bouffon à ses heures, le Boogeyman a répété qu’il comptait démontrer qu’il a plus de détermination dans le ring. «Il est considéré le meilleur au pays alors je le veux. C’est dans le coeur que ça va se jouer.»

Plus tôt dans la journée, Éric Martel-Baohéli avait tenu des propos intrigants sur Braidwood, qu’il a affronté en février 2017. Selon le journaliste Stéphane Turcot, de TVA, le Québécois aurait aimé que son rival se soumette à un test de dopage après leur duel.

Interrogé à cet effet, Braidwood n’a pas bronché. «Ce n’est pas de mes affaires à savoir si on me teste ou non. Si les gens qui sont en charge veulent que je passe un test, qu’ils viennent et je vais le passer!»

Sous-carte relevée

Outre le combat principal, six autres duels meubleront cette soirée. En demi-finale, Yves Ulysse Jr (15-1, 9 K.-O.) se mesurera au Vénézuélien Ernesto Espana (25-0-1, 20 K.-O.).

Le Trifluvien François Pratte (6-0) sera aussi de la partie face à l’Albertain Eric Taylor (8-1-2, 4 K.-O.), un protégé de KO Boxing, qui gère aussi la carrière de Braidwood.

Les amateurs pourront aussi voir Andranik Grigoryan (6-0, 1 K.-O.) contre Daniel Olea (13-4-2, 5 K.-O.), Nurzat Sabirov (6-0, 5 K.-O.) contre Guillermo Romero (12-6, 9 K.-O.), Sadriddin Akhmedov (2-0, 2 K.-O.) contre Gustavo Garibay (13-10, 5 K.-O.) ainsi qu’Artur Zlyatdinov (5-0, 5 K.-O.) contre Mario Aguilar (18-4, 16 K.-O.).