La WTA a misé sur Eugenie Bouchard et la légende Chris Evert pour faire la promotion de son championnat de fin d'année à Singapour.

La WTA voit grand pour Bouchard

Lorsqu'elle s'est réveillée à Singapour lundi, Eugenie Bouchard a constaté qu'elle avait déjà atteint son objectif pour l'année 2014. Dans son dernier classement, la WTA (Women Tennis Association) plaçait la Québécoise au 19e rang, un de mieux que ce que Bouchard visait d'ici la fin de l'année!
Ses prestations aux Internationaux de tennis d'Australie, où elle a atteint les demi-finales avant de s'incliner face à la future championne, la Chinoise Li Na, ont évidemment eu un impact majeur sur son classement. Après tout, les points et les bourses sont nettement plus alléchants quand on atteint le carré d'as.
Ses performances en Australie pourraient toutefois avoir un impact encore bien plus important pour la suite de sa carrière. Et on a été à même de le constater pas plus tard que lundi quand la WTA l'a convoquée pour faire la promotion de son plus gros tournoi de fin d'année, le Championnat de la WTA, qui sera désormais disputé à Singapour.
Un tournoi réunissant les huit meilleures joueuses en simple et les quatre meilleures équipes en double. Voilà qui est assez curieux, non? Convoquer la 19e joueuse mondiale pour annoncer un tournoi mettant aux prises les huit meilleures joueuses, avouez que ça fait plutôt bizarre. Pas de Serena Williams, pas de Maria Sharapova, même pas la Chinoise Li Na, championne en titre de Melbourne!
Parce qu'elle n'a que 19 ans, qu'elle joue un tennis d'abandon et, ce qui ne gâte rien, qu'elle est fort jolie, Eugenie Bouchard va inévitablement devenir le visage du tennis féminin. La WTA l'a réalisé en voyant la réaction des amateurs, et plus spécifiquement de la Genie Army, en Australie.
Si son jeu - et sa confiance -, suivent la même courbe ascendante au cours des prochains mois, il n'est pas illusoire de croire qu'elle pourrait atteindre le top 10 du tennis féminin d'ici la fin de l'année.
Elle devra toutefois trouver le moyen, en cours de route, d'améliorer son service, une faiblesse flagrante de son jeu en Australie. Son pourcentage de réussite sur son premier service était nettement trop bas et son deuxième service, pas assez dangereux. Lors de son match contre Ana Ivanovic, cette dernière avait les deux pieds au moins un mètre à l'intérieur du terrain dans de telles circonstances!
Si sa progression n'est pas aussi rapide, ce ne sera alors que partie remise. Après tout, n'a-t-elle pas gagné le volet junior de Wimbledon?
On la dit intelligente, déterminée et talentueuse. Voilà autant d'ingrédients qu'on retrouve chez les champions et, visiblement, la WTA a décidé qu'il valait la peine de miser sur elle pour mousser le tennis féminin.
Ce n'est sûrement pas le Québec qui va s'en plaindre!
Bournival progresse
Le Canadien en arrache présentement, mais il est intéressant de voir Michel Therrien confier au jeune Michaël Bournival un peu plus de responsabilités depuis quelques matchs. L'ancien capitaine des Cataractes a été muté au centre du quatrième trio la semaine dernière pour le match contre les Penguins de Pittsburgh.
S'il n'a rien cassé face à Crosby et sa bande, ni contre les Red Wings de Detroit vendredi soir, il n'a pas mal paru samedi dans la débâcle face aux Capitals de Washington. Il a passé un peu plus de 11 minutes sur la glace, a vu de l'action en désavantage numérique, a remporté 50 pour cent de ses mises en jeu et a terminé sa soirée avec un 0 au chapitre du différentiel. Pas mal dans un match à sens unique de 5-0!
J'aime bien qu'on lui donne la chance de prendre de l'expérience au centre. Éventuellement, parce que sa vitesse est un atout dont le Canadien ne peut se passer, il pourrait, je crois, rendre de précieux services en pivotant le troisième trio. Pas nécessairement cette saison, mais quelque part quand il aura accumulé suffisamment de millage dans le circuit Bettman pour être à l'aise dans la plupart des situations.
3 333 333 $
TVA Sports a annoncé à son bulletin de 18 h 30 lundi soir que Marc Bergevin avait refusé une transaction un contre un avec l'Avalanche du Colorado impliquant P.-A. Parenteau et Rene Bourque.
Voilà qui ne faisait pas vraiment de sens. Bergevin donnerait Bourque en s'assurant que l'autre équipe assume son salaire que, déjà, ce serait un méchant tour de force du dg du Canadien!
Plus tard en soirée, François Gagnon, de RDS, a plutôt laissé entendre que c'est l'Avalanche qui avait dit non au Canadien. Voilà qui serait beaucoup plus logique.
À 6'2'' et 213 livres, Bourque a le gabarit d'un attaquant de puissance, mais qui veut d'un joueur qui gruge annuellement 3 333 333 $ jusqu'à la fin de la saison 2015-2016 et qui, en retour, ne contribue ni offensivement, ni défensivement aux succès de son équipe? Bourque a récolté huit points en 39 rencontres et montre un différentiel de -6 depuis le début de la saison.
Depuis qu'il s'est joint au Canadien, il a récolté 19 buts et 10 passes en 104 matchs. Son différentiel, au cours de cette période affiche un désastreux -23!
Vous ai-je dit qu'il doit empocher un salaire annuel de 3 333 333 $ jusqu'à la fin de la saison 2015-2016?