Louis-Simon Gauthier
Avec cette victoire naîtront d’autres grandes attentes pour les programmes sportifs à l’UQTR.
Avec cette victoire naîtront d’autres grandes attentes pour les programmes sportifs à l’UQTR.

La victoire d’un collectif

Commentaire / Qu’ils en ont fait du chemin les joueurs de soccer des Patriotes de l’UQTR! Difficile à croire, mais il y a 14 mois, cette équipe n’allait nulle part. Après un humiliant revers de 5-0 devant les Citadins de l’UQAM le 16 septembre 2018, il a fallu laver son linge sale en famille. On ne saura pas ce qui s’est dit dans le vestiaire. Sauf que depuis cette correction, les Trifluviens forment l’une des meilleures équipes de soccer au pays. Et aujourd’hui, ils sont champions canadiens.

Ce n’est pas l’ambition ni le talent qui manquait aux Trifluviens en 2018. Reste que parfois, dans les sports collectifs, on a besoin de se dire nos quatre vérités.

L’an passé, les Patriotes encaissaient les défaites en début de saison. Un point en quatre matchs, ça ne satisfait personne.

«On a parlé fort, nous nous sommes réunis après le 5-0», se souvient l’entraîneur Shany Black, alors en poste depuis moins d’un an.

Dès le match suivant, Black a senti un changement dans l’attitude de ses hommes. Entre les parties 5 et 12, ils formaient l’équipe la plus redoutable du circuit. Malheureusement, trop peu trop tard pour les éliminatoires. Ce n’était que partie remise!

Depuis le 16 septembre 2018, seuls les Carabins et McGill ont réussi à vaincre l’UQTR. Ni les Thunderbirds de l’Université de la Colombie-Britannique ni les Ravens de Carleton n’ont pu faire quoi que ce soit contre eux en Championnat canadien. Et les Carabins ont aussi mordu la poussière alors qu’ils misaient sur un solide appui de la communauté du soccer montréalais. C’est un bel accomplissement pour un petit campus comme Trois-Rivières et tout le mérite revient aux joueurs ainsi qu’aux entraîneurs, dont Black et son adjoint Pierre-Alexandre Boisvert.

Oui, le gardien Félix Clapin-Girard a été phénoménal. Il a aussi été appuyé par ses équipiers, à commencer par ses défenseurs. Et que dire de Guillaume Comtois-Noël, qui est revenu dans le giron de l’équipe pour la première fois en trois ans! Son engagement pour trois mois a payé, tout comme le flair offensif du Trifluvien Gabriel Balbinotti.

Avec cette victoire naîtront d’autres grandes attentes pour les programmes sportifs à l’UQTR. Et c’est très bien ainsi.