Max Pacioretty

La valeur de Pacioretty

COMMENTAIRE / Même s’il connaît une saison désastreuse, Max Pacioretty représente la meilleure monnaie d’échange du Canadien d’ici la date limite des transactions. Le CH devra le monnayer intelligement.

À moins de s’enfoncer la tête dans le sable, le Canadien se doit d’amorcer une reconstruction. Qui échanger? On peut rayer les noms de Shea Weber – Marc Bergevin confirmerait qu’il s’est royalement planté dans la transaction P.K. Subban – et Jonathan Drouin – élément clé de cette reconstruction. Pacioretty semble le plus susceptible de déménager.

Bien sûr, avec cette difficile saison, la valeur de l’Américain a chuté. Mais pas au point d’effrayer les autres directeurs généraux. Un ancien marqueur de près de 40 buts, de plus de 30 à chacune de ses cinq dernières saisons complètes, ça ne s’éteint pas du jour au lendemain. Parions qu’une équipe qui se bat pour la coupe Stanley pourrait facilement rallumer ce tireur d’élite.

Ce qui avantage le Canadien dans sa quête d’obtenir le pactole pour Pacioretty, c’est son contrat, l’un des plus avantageux de la LNH. À 4,5 M$ par année, il représente une aubaine et peut s’intégrer sous le cap salarial plus facilement que plusieurs vétérans disponibles d’ici au 26 février. C’est sans oublier qu’il reste encore une autre année à faire à ce contrat. Voilà qui est très intéressant pour un club qui aspire aux grands honneurs pour plusieurs saisons.

Même Pacioretty sortirait grand gagnant d’une telle transaction. À la veille de négocier le plus important contrat de sa carrière, évoluer avec une puissance ne fera pas de mal!

L’autre élément qui permet au Canadien de se départir de son capitaine est sa profondeur à l’aile gauche. En plus de Pacioretty, Alex Galchenyuk peut tirer son épingle du jeu quand il est en forme. Quant à Drouin, il ne sera jamais le centre tant attendu depuis 10 ans à Montréal. C’est un ailier et l’organisation devrait le laisser connaître du succès à cet endroit.

Échanger Pacioretty pourrait être la pièce maîtresse de la reconstruction du Canadien. Marc Bergevin traîne toutefois une feuille de route très décevante quant à ses derniers échanges majeurs. Est-il l’homme de la situation aux yeux du CH? Si Geoff Molson le laisse réaliser cette transaction, nous aurons la réponse.