L'entraîneur-adjoint Francis Nolin utilise une tablette électronique sur le banc des joueurs afin de cumuler une multitude de statistiques utiles à l'équipe.

La technologie en aide aux Estacades

On retrouve sur le banc des joueurs des Estacades un élément plutôt inhabituel. Il ne s'agit pas d'un joueur, d'un entraîneur ou encore d'une pièce d'équipement, mais plutôt d'une tablette électronique.
Celui qui tient cet appareil dans ses mains, c'est Francis Nolin, entraîneur-adjoint pour la troupe de Frédéric Lavoie. Le cliché selon lequel un homme ne peut faire deux choses en même temps ne s'applique certainement pas à lui.
En plus de prodiguer ses conseils à ses protégés, il utilise sa tablette afin de récolter une multitude de statistiques dans un logiciel appelé Time On Ice. Lorsqu'un joueur saute sur la patinoire, il appuie sur son nom dans le logiciel afin que son temps de jeu soit cumulé.
S'il prend un tir, écope d'une pénalité ou est sur la glace lors d'un but, Nolin entre le tout dans la tablette. Le logiciel permet ainsi aux Estacades d'avoir accès à de précieuses informations dans toutes les facettes du jeu, et ce, sans avoir besoin de faire appel à une équipe de statisticiens et les coûts qui s'y rattachent.
«Ce sont des statistiques que nous utilisons à l'interne entre les entraîneurs. On peut voir le temps de jeu des joueurs et en donner plus à un qui n'a pas suffisamment joué. On peut aussi voir qui se débrouille bien pour les mises en jeu. On s'en sert beaucoup entre les périodes, mais même pendant le jeu», indique Nolin.
Non seulement l'équipe a-t-elle accès à toutes ces statistiques, mais elle peut synchroniser le tout avec le logiciel vidéo qu'elle utilise. Un joueur peut donc revoir une séquence lors de laquelle il a mal paru et comprendre pourquoi.
«C'est un outil de plus pour le développement des joueurs. Ils peuvent aller sur Internet après les matchs et voir leur séquence de jeu une par une. C'est une rétroaction directe. On ne les oblige pas, mais il y en a environ les trois quarts qui le font. Certains nous le demandent même quand le match n'est pas encore en ligne», raconte celui qui portait les couleurs des Estacades en 2009.
Environ le tiers des équipes de la Ligue de hockey midget AAA utilisent ce système depuis trois ans et ce chiffre va en croissance. Lavoie estime que bien que le logiciel ne soit pas un outil absolument indispensable, il y a beaucoup à gagner de tenter l'expérience. Le chef d'orchestre rend même hommage à son adjoint qui réussit à tout faire en même temps.
«Personnellement, je ne serais pas capable. Mais Francis est jeune, la technologie, il n'a pas de misère avec ça! Je trouve ça utile de savoir le temps de glace des gars. Ça nous donne une meilleure idée pour s'ajuster. On voit aussi le nombre de lancers contre quand le joueur est sur la glace. S'il connaît une difficile soirée, on peut réajuster les lignes. Je pense que je pourrais travailler sans, mais j'avoue qu'on est content de l'avoir.»