Le copropriétaire des Alouettes de Montréal, Andrew Wetenhall, est inquiet des insuccès de l’équipe, mais aussi de son éloignement vis-à-vis la communauté montréalaise.

La situation des Alouettes inquiète

MONTRÉAL — Andrew Wetenhall est inquiet et insatisfait.

Quand on sait à quel point son père Robert et lui détestent l’échec, c’est de mauvais augure pour les dirigeants des Alouettes de Montréal, à commencer par le directeur général Kavis Reed.

« Cette équipe n’a pas gagné sous Kavis au cours des deux dernières années. Je pense que l’expression “sous haute surveillance” s’appliquera dans son cas, a-t-il déclaré au cours d’un long entretien téléphonique qu’il a accordé à La Presse canadienne de ses bureaux de New York. À sa troisième saison en fonction, un directeur général a suffisamment de ses éléments en place que l’on devrait voir des résultats. »

Avec une fiche de 8-28 au cours des deux dernières campagnes, les opérations football ont failli à leur tâche.

« (L’objectif cette saison) était de participer aux éliminatoires. (...) Si nous avions pu amasser sept ou huit victoires, ça aurait été le cas. Alors oui, les attentes l’an prochain, c’est de participer aux matches éliminatoires. »

« Ultimement — pas l’an prochain, mais dans un avenir raisonnable — il faudra avoir une équipe aspirant à gagner la coupe Grey. Qu’elle gagne ou non, c’est secondaire, mais elle doit être de calibre pour l’emporter. »

Le copropriétaire du club est aussi inquiet des liens effrités entre la communauté et son club.

« Je pense que nous nous sommes éloignés de la communauté. Auparavant, peut-être que notre lien était plus fort en raison de notre fiche, car nous avons gagné tant de matches. Mais nous n’avons pas offert de bonnes performances sur le terrain au cours des dernières années. Nous devons donc rebâtir ces deux aspects. C’est pourquoi nous nous impliquons de plus en plus dans la communauté afin de regagner son appui. Dans les deux cas, le travail est en cours. »

« La vente de billets est en baisse. Ça a un réel impact sur notre organisation, avant tout financier. Nous investissons beaucoup dans cette équipe (...), alors oui, nous sommes inquiets par ce manque d’appui. »

Cercle vicieux

Wetenhall estime également que les baisses d’assistance ont une incidence sur le terrain.

« Nous avons perdu l’avantage de jouer au stade Percival-Molson, note-t-il. C’était un endroit bruyant, intimidant, où il était difficile de jouer pour nos adversaires. Les gouverneurs des autres équipes nous ont dit que ce n’était plus le cas. »

À son avis, l’équipe se trouve dans un cercle vicieux.

« Comme nous sommes incapables de remplir nos gradins comme avant, ça fait en sorte qu’il est plus difficile d’attirer des joueurs dans notre marché. Les foules sont importantes, car elles ont une incidence directe sur les finances du club. Elles ont aussi des implications compétitives. »

Entreprise déficitaire

Tout au long de cet entretien, Wetenhall a parlé des Alouettes comme d’une entreprise. C’est ce que l’équipe représente à ses yeux : un investissement, pas un hobby. Pour les Wetenhall, l’objectif n’a jamais été d’engranger de fortes sommes avec le club, mais l’opération doit avoir du sens d’un point de vue économique.

« Ça n’a jamais été une entreprise qui nous a fait faire de l’argent depuis que nous en sommes propriétaires, explique-t-il. Nous avons fait d’importants investissements dans les premières années, mais aussi plus récemment, au stade Percival-Molson — avec l’aide de fonds publics. À chaque année ou presque, nous devons réinjecter de l’argent afin d’assumer les frais de l’équipe. Nous n’avons été profitables que lorsque nous avons accueilli un match de la Coupe Grey, alors que l’équipe hôtesse obtient une part des profits générés par cet événement. »

« Nous n’avons jamais fait d’argent avec cette équipe. C’est particulièrement vrai de nos jours (récemment), alors que nous perdons des sommes considérables dans cette aventure. Oui, ça doit avoir du sens financièrement. Mais je ne vous dirai pas à partir de quel point ça n’en a plus, car je ne veux pas donner de chiffres. Je dirai par contre que nous voulons ramener cette concession à un point où elle est viable. Cela signifie donc d’avoir beaucoup plus de gens dans les gradins que présentement. »

L’expansion de la LCF fait-elle partie de la solution pour les Alouettes ?

« Oui, même si nous préférerions — tout le monde dans la LCF le préférerait — que les neuf équipes du circuit opèrent sans problème, que leur stade soit plein et qu’elles aient toutes une fiche de 9-9 ! Ce serait un univers parfait, mais ce n’est pas la réalité. »

« Les concessions connaîtront des hauts et des bas, surtout après avoir profité de la présence d’un quart-arrière étoile. C’est certain que j’aimerais bien que toutes les autres équipes et le bureau central de la LCF se préoccupent du succès et de la santé des Alouettes, mais ce n’est pas juste de penser cela, ce n’est pas la réalité. »

« D’un autre côté, la croissance est importante pour créer de la valeur. Monétaire, mais pas uniquement. C’est un concept important en affaires de s’assurer que cinq ans plus tard, les choses se portent mieux qu’il y a cinq ans. Ça fait longtemps que cette ligue songe à s’installer dans les Maritimes. Il y a présentement un groupe d’investisseurs intéressés et qui tente de faire tout ce qu’ils peuvent pour mettre toutes les pièces du casse-tête en place. C’est à notre portée maintenant. Peut-être que dans cinq ou sept ans, ce ne sera plus possible. »

« Une 10e équipe prospère et en santé aiderait à soutenir la ligue, à attirer de nouvelles commandites, à générer un meilleur contrat de télévision, à augmenter la base de partisans de la ligue. Tous ces aspects sont bénéfiques pour les Alouettes. Autant j’aimerais qu’on s’occupe de la santé des neuf équipes existantes, autant la bonne chose à faire pour une ligue à neuf équipes est d’augmenter ses rangs. »

Les Wetenhall aiment toujours autant Montréal et les Alouettes. Ils demandent à leurs partisans un peu plus de patience.

« Montréal est un marché aussi exigeant que n’importe quel autre en termes de victoires. Mais ce que j’aimerais, c’est que les Montréalais continuent d’encourager leurs équipes quand celles-ci sont en transition. C’est tout ce que nous demandons aux Montréalais. »