La série européenne de rallycross, Titans RX, en est une au format monotype, c’est-à-dire que tous les bolides sont semblables.

La série de rallycross TitansRX au GP3R

TROIS-RIVIÈRES — Après avoir cessé son partenariat avec le Championnat mondial de la FIA et annulé son événement d’hiver prévu en février 2020, le Grand Prix de Trois-Rivières s’est entendu avec une nouvelle série européenne de rallycross, Titans RX. Celle-ci s’imposera comme la série reine de la première fin de semaine d’activités du 51e GP3R, le 1er et le 2 août. Deux courses figureront d’ailleurs à cette programmation.

Trois-Rivières rejoindra cinq autres villes, toutes situées en Europe. Le GP3R sera ainsi l’hôte des deux seules épreuves présentées sur un autre continent.

La saison se mettra en branle sensiblement aux mêmes dates que le calendrier du Championnat mondial, les 25 et 26 avril en Autriche. Des manches en Hongrie (quatre au total), au Portugal, en France et en Allemagne s’y ajouteront.

À première vue, les voitures semblent aussi performantes que celles du Mondial. Elles sont toutefois plus légères, et surtout, moins cher d’entretien. À vrai dire, les budgets prévus pour obtenir un volant, le temps d’un week-end, se rapprochent de ceux de NASCAR Canada. Il devrait donc être plus simple, pour les pilotes locaux de talent, de s’engager pour la première fin de semaine des courses du GP3R.

Mardi, le directeur général Dominic Fugère énumérait déjà des noms qu’il aimerait voir défiler dans les rues de la ville pour le week-end rallycross, à commencer par l’excellente Valérie Limoges, les frères Dumoulin ou Antoine L’Estage, véritable légende vivante du rallye au Canada. Ce dernier a pris part à deux rendez-vous trifluviens, il y a de cela quelques années.

Série monotype

Le Championnat de rallycross Titans RX opérera pour une deuxième saison en 2020. Il a été créé au moment où le Championnat mondial, poussé par la firme IMG, accentuait son développement autour des circuits de Formule 1. Certains puristes de la discipline ont critiqué ce virage et la fondation du Titans RX a été saluée par plusieurs d’entre eux.

La série est gérée par l’Autrichien Max Pucher, qui a fait une brève apparition par visioconférence mardi durant le point de presse. Le pilote français Jérôme Grosset-Janin s’est également entretenu avec les médias, depuis l’Europe. «Le format de compétition est très relevé. Les voitures sont quasiment identiques, avec des possibilités de réglages pour chacun.»

En effet, on parle d’une série monotype, donc avec des voitures identiques, des Pantera RX6, pouvant développer jusqu’à 530 chevaux. Des moteurs Ecoboost 2,3 L turbocompressés, habituellement vus sous le capot de la Ford Mustang, propulsent ces bolides.

Banc d’essai écologique

L’autre aspect intrigant et qui fait un lien avec le projet GP3Vert, c’est que la série utilise du biocarburant à 90 %, tandis que le pétrole fossile compte pour 10 %.

Le GP3R a également annoncé que le bioraffineur Innoltek, de Saint-Jean-sur-Richelieu, en partenariat avec son fournisseur d’équipements lourds Lionel Deshaies Excavation Inc., utiliserait du carburant diesel pur provenant de la transformation de gras animal recyclé pour le montage du site et du circuit. Cette initiative s’ajoute à celle de l’édition 2019, quand l’organisme a planté 200 végétaux sur les terrains de l’école secondaire Chavigny afin de compenser les émissions de gaz à effet de serre émis par les véhicules de course durant la 50e édition.

«On a mis un terme à l’association avec le Championnat mondial pour deux grandes raisons: le coût que ça représente, mais aussi pour leur absence de stratégie écologique. Ils devaient entamer un processus d’électrification de leurs voitures, sauf que le projet n’avance pas assez vite. Avec la série Titans RX, on réduira notre empreinte de carbone.»

Qui viendra à Trois-Rivières?

Le DG du Grand Prix a poussé un soupir de soulagement en bouclant cette entente avec l’homme d’affaires Max Pucher. L’automne a été difficile pour l’organisation, qui a fait face à une levée de boucliers au conseil municipal. Le partenariat avec le Championnat mondial de la FIA n’a pas été renouvelé, puis la série américaine de rallycross ARX a cessé ses activités, forçant les
dirigeants à annuler le Grand Prix d’hiver prévu en février à l’Hippodrome 3R.

«On pense que nous serons gagnants, côté spectacle, explique Dominic Fugère. Étant donné que ça coûte moins cher de réparer ces voitures, j’ai l’impression que les pilotes seront moins frileux à frotter les bolides entre nos murs. Ce que j’ai vu à Estering [en Allemagne] plus tôt cette année m’a agréablement surpris.»

Reste à voir maintenant qui se pointera à Trois-Rivières au début du mois d’août. Les frères Timmy et Kevin Hansen, pilotes parmi les plus connus du public québécois, pourraient passer leur tour puisqu’une manche du Championnat mondial de rallycross aura lieu au même moment. On sait que quelques-uns des meilleurs conducteurs sur la planète dans cette discipline prennent part aux activités des deux championnats.

«On vise entre 12 et 15 pilotes et au moins trois d’entre eux seront des locaux.»

La série Titans RX fera les frais de la première fin de semaine du Grand Prix, avec les camionnettes de McGregor, les superquads et les supermotos. La série NASCAR Pinty’s et les monoplaces de la Formule 3 américaine suivront lors du deuxième week-end.