Les jeunes Patriotes seront de retour l’an prochain avec une équipe plus expérimentée.

La saison des Patriotes est terminée

Trois-Rivières — Malgré une volonté de fer, les Patriotes ont dû s’avouer vaincus contre une équipe des Gee-Gees d’Ottawa plus physique et plus mature. Devant 1429 spectateurs dimanche après-midi, les hockeyeurs-étudiants de l’UQTR ont probablement disputé le dernier match de leur riche histoire au vieux Colisée de Trois-Rivières.

Les Gee-Gees ont comblé un déficit de deux buts avant de s’imposer 4-2. Ils n’ont rien volé, dirigeant 49 rondelles vers le filet défendu encore de brillante manière par le vétéran Sébastien Auger. Revers crève-coeur pour celui dont le stage universitaire s’achevait: n’eut été son brio, ses coéquipiers n’auraient jamais pu entretenir l’espoir d’une remontée en fin de match.

«Ce n’est pas pour rien qu’il est le meilleur gardien de la Ligue de l’Ontario», le louangeait l’entraîneur des vainqueurs, Patrick Grandmaître, au milieu des célébrations de ses Gee-Gees.

Les Ottaviens, derniers rescapés de la capitale fédérale des présentes séries après l’élimination étonnante des Ravens de Carleton, atteignent le carré d’as pour la première fois depuis leur retour. Ils se rapprochent du Championnat canadien, prévu à Halifax à la mi-mars.

Il y a quelques années, l’Université d’Ottawa avait été contrainte de suspendre son programme en raison d’un scandale sexuel impliquant des joueurs. Cette victoire face aux Patriotes en quarts de finale représente leur plus bel accomplissement depuis ce retour.

«On a tellement été déçus par le passé! Nos gars sont dédiés, on savait qu’il fallait mettre des rondelles derrière les défenseurs des Patriotes pour les battre. Le jeu physique nous a bien servis dans cette série.»

Il faut que jeunesse se passe...

Les Patriotes ont donné le ton dès l’engagement initial avec des buts de Félix Boivin et Jordan Martel. Ce dernier enfilait l’aiguille avec à peine 19 secondes à écouler au cadran. La foule n’en demandait pas tant, il régnait alors une belle ambiance dans les gradins.

Pourtant, personne ne croyait les Gee-Gees démoralisés. Ils venaient, après tout, de lancer 20 rondelles en direction du gardien Auger!

Les visiteurs ont repris là où ils avaient laissé et cela a fini par rapporter: trois buts en moins de 10 minutes en deuxième période. Souvent premiers sur la rondelle, ils ne regarderaient plus derrière, malgré un effort louable des locaux en troisième, qui ont aussi gaspillé une attaque massive de près de deux minutes à 5 contre 3.

Les Gee-Gees ont largement dominé la colonne des tirs au but dimanche: 49 contre 25.

Dans ce genre de séquences, la différence d’âge a malheureusement paru, comme le notait l’entraîneur-chef des Patriotes Marc-Étienne Hubert.

«C’est comme si, dans le hockey junior, tu faisais une confrontation entre une équipe de gars de 16 ou 17 ans et une autre de joueurs de 19 et 20 ans. Et en dépit de ça, on s’est battus jusqu’à la fin, nous avions le désir de bien faire.»

Difficile, dans les circonstances, de blâmer les jeunes Patriotes pour les erreurs, comme les revirements commis en zone défensive ou l’instinct de tueur un peu moins développé, dans ce match ultime, autour du filet du gardien Domenic Graham.

«Oui, c’est dommage, car nous avons perdu une avance de 2-1 chez eux. On aurait pu finir cette série vendredi soir à Ottawa. D’un autre côté, nous devons être réalistes dans notre analyse. Les Gee-Gees étaient les favoris avant le début de la saison pour tout rafler dans notre ligue. Nous avons beaucoup progressé en tant qu’équipe dans les dernières semaines.»

Chaudement applaudis

Après deux saisons décevantes, les amateurs auront été gâtés avec cette équipe des Patriotes, cuvée 2019-20. Ils ont témoigné de leur reconnaissance en les applaudissant, au centre de la glace.

La scène était particulièrement émotive pour Sébastien Auger, un finissant. Le capitaine Guillaume Beaudoin, à qui il reste deux années d’éligibilité au hockey universitaire, pourrait quant à lui revenir en 2020-21.

Carnet de notes

Blessé vendredi à Ottawa, le défenseur Gabriel Sylvestre était fidèle à son poste et il s’est attiré les bons mots de son entraîneur. «Il aura été une inspiration pour nous. L’adversaire savait qu’il avait mal, ça ne l’a pas empêché de jouer tout un match.»

Le président et directeur général du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, était un spectateur attentif tout au long de la partie. Il mentionnait, non sans un sourire, que ses Patriotes étaient invaincus en sa présence cette année (2-0). C’était avant le coup de sifflet final...

Les Patriotes ont perdu un match ultime pour la troisième fois de leur histoire seulement. Ils montrent une belle fiche de 18-3 en de telles circonstances. C’était aussi la première fois qu’ils perdaient la dernière partie d’une série à domicile (15-1)...

Les Gee-Gees ont rendez-vous avec les Stingers de Concordia dans un duel intrigant en finale de la section Est. L’organisation des Patriotes s’en mordra les doigts: elle aurait pu attirer près de 2000 personnes avec un match en milieu de semaine contre les rivaux de Montréal. Ce sera pour une prochaine fois... et peut-être dans un amphithéâtre tout neuf.