Marc-Antoine Gélinas connaît un début de saison des plus surprenants avec les Draveurs.

La renaissance de Marc-Antoine Gélinas

La saison est encore jeune, mais rares sont les experts qui auraient pu prédire que Marc-Antoine Gélinas serait le meneur au chapitre des statistiques chez les gardiens de la Ligue nord-américaine de hockey. Pas même le principal intéressé.

Le portier de 28 ans ne s’en cache pas, il est surpris de connaître un tel début de saison, avec une moyenne de buts accordés de 2,49 et un taux d’efficacité de ,930 en cinq matchs.

Une amélioration drastique par rapport à la saison dernière, où ses chiffres étaient de 4,01 et ,854 dans ces deux catégories. Des performances qui ont permis à Alain Côté de lui confier le filet à titre de gardien partant après que Marco Cousineau ait été remercié de ses services à la suite d’une prise de bec dans le vestiaire.

«Je savais que j’étais capable de connaître du succès, mais à un tel point? J’en suis surpris. Je prends tout ce qui passe. Pour l’ensemble des joueurs, la façon dont nous jouons présentement, ça aide à ce que ça se déroule aussi bien. Ç’a commencé l’an passé, puisque c’est la saison où j’ai le plus joué», explique Gélinas.

Ce dernier avait pris part à 16 rencontres en 2016-2017, dont quatre des cinq dernières de l’équipe. 

Si parfois, on pouvait le voir à son meilleur, il connaissait aussi des ratés, particulièrement lorsqu’il entrait dans le match et cédait sur les premiers tirs qu’il affrontait. Il devait rebâtir sa confiance.

«Ce n’est pas que j’étais tanné du hockey, mais quand tu ne joues pas et que tes performances ne sont pas au niveau que tu sais qu’elles pourraient être, tu deviens plus blasé et c’est difficile de trouver de l’énergie.

Cette année, j’ai eu un bon été d’entraînement et avec le vote de confiance que j’ai reçu de l’équipe, tout déboule. En plus, mon petit gars vient voir mes matchs avec ma blonde. Présentement, il y a plein d’affaires qui me font triper et je me sens comme quand j’avais 17 ans et que j’arrivais dans le hockey junior», lance-t-il.

La renaissance de Gélinas lui permet à nouveau de déjouer les pronostics. Victime d’un grave accident de véhicule tout terrain en janvier 2015 lors duquel il a subi de multiples fractures, il ne devait plus jamais disputer un seul match de hockey. La réhabilitation aura été longue, mais enfin, il semble être revenu au point où il était lorsqu’il a terminé son parcours dans le hockey universitaire avec les Patriotes de l’UQTR.

«Sur la glace, je me sens encore mieux. Après l’accident, mentalement, j’ai beaucoup changé. Je profite de chaque minute parce que je ne savais pas si j’allais rejouer un jour. Sans dire que je suis un nouveau gardien, quand j’embarque sur la glace et que je commence un match, je tripe. Quand j’étais deuxième gardien, tu acceptes ce rôle, mais c’est moins valorisant. Le challenge me manquait et je l’accepte maintenant les bras ouverts. J’ai repris le goût de jouer au hockey.»

«Ma grosse erreur dans l’année après mon accident, c’est d’avoir ralenti l’entraînement lorsque j’ai vu que mon genou allait bien. C’était totalement faux et ça m’a nui parce que j’ai eu des douleurs. Je n’ai pas arrêté une semaine depuis deux ans»

Gélinas et ses coéquipiers seront en action vendredi soir avec la venue au Colisée du Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce, détenteur de la dernière position au classement de la LNAH. Les Draveurs l’avaient emporté 6-1 la semaine dernière face à la formation beauceronne.