Félix Landry a marqué trois buts très importants dans la série contre les Chevaliers de Lévis. Ses coéquipiers des Estacades et lui entreprennent la troisième ronde des séries, vendredi à Saint-Eustache.

La récompense de Félix Landry

Trois-Rivières — Toujours invaincus en six matchs, les Estacades entreprennent, vendredi à Saint-Eustache, la troisième ronde des éliminatoires en rendant visite aux Vikings, qui n’ont trébuché qu’une seule fois depuis le lancement du tournoi.

Et comme c’est souvent le cas au sein de ces équipes que rien ne semble arrêter, de belles surprises émergent dans le camp des Trifluviens. L’attaquant Félix Landry, lointain 13e pointeur du club en saison régulière, vient de marquer trois buts en l’espace de quelques jours.

L’un des principaux acteurs de l’élimination surprenante par les Estacades de leurs rivaux de Lévis, le Shawiniganais a ainsi égalé sa production du calendrier régulier pour les buts!

Landry a d’abord procuré une précieuse victoire aux siens en inscrivant le filet victorieux, dans la première rencontre face aux Chevaliers, le 23 février à Lévis. Une semaine plus tard, devant plus de 600 personnes au Complexe sportif Alphonse-Desjardins, il permettait aux Estacades de revenir dans le match, deux fois plutôt qu’une, en créant l’égalité 1-1, puis 2-2. Les locaux allaient finir par l’emporter 3-2.

«Félix va au filet, il prend les retours. C’est un joueur de 15 ans qui a amélioré son éthique durant la campagne et ça rapporte en séries. Il évolue dans le réseau des Estacades depuis plusieurs années et dans mes souvenirs, il a toujours été à son meilleur dans les grosses compétitions. Ça prend des gars comme lui en séries, où les buts se marquent dans les zones dangereuses», analyse son entraîneur Frédéric Lavoie.

«En plus, c’est un joueur d’équipe. Ses coéquipiers semblent avoir du plaisir avec lui.»

Vérification faite, Landry est un joueur assez populaire dans la chambre. Question de gonfler sa réputation déjà enviable, il prend des airs d’un autre Shawiniganais, Martin Gélinas, celui qui avait hérité du surnom de «The Eliminator» lors des séries éliminatoires de la LNH, avec les Flames de Calgary en 2004. À l’époque, tout ce que Gélinas touchait se transformait en but opportun pour les siens.

«C’est une belle récompense, sourit Landry. Je profite plus de mes opportunités et dans l’ensemble, l’équipe joue vraiment bien. Lévis avait de la vitesse, mais nous avons été capables de les arrêter. Contre Saint-Eustache, ce sera encore plus difficile, car ils excellent en défensive, comme nous. Par contre, ils ont un style assez différent, ils ont souvent le contrôle de la rondelle. Ce sera encore plus important de bien jouer dans les deux sens de la patinoire.»

Les deux premiers matchs de la série (vendredi et samedi) auront lieu au domicile des Vikings, avant que l’action ne se transporte à Trois-Rivières, la fin de semaine prochaine. Dans l’autre demi-finale, les champions de la saison, les Cantonniers de Magog, ont rendez-vous avec les Grenadiers de Châteauguay.