Marc-André Fleury

La pression sur les Capitals

Trois buts dans un intervalle de cinq minutes ont mené les partisans à narguer le gardien Marc-André Fleury et l'espoir a peut-être germé dans l'esprit des Capitals de Washington face aux Penguins de Pittsburgh.
Depuis le début de la série de deuxième tour, les Capitals avaient de la difficulté à battre Fleury, mais il a finalement cédé quatre fois sur 32 tirs lors du revers des Penguins dans le match no 5, samedi.
Les Penguins mènent toujours la série 3-2 avant le sixième match, présenté lundi à Pittsburgh. La pression demeure donc sur les épaules des Capitals, mais une épée de Damoclès se retrouve au-dessus de la tête de Fleury.
«Certaines des choses que nous voulions faire commencent à avoir un impact, a mentionné l'entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz, lors d'une conférence téléphonique, dimanche. Ça fait du bien mentalement de voir enfin des fissures du côté de l'adversaire.
«Nous étions coincés dans une situation où nous marquions toujours seulement deux ou trois buts, puis dans un moment important en troisième période d'un match très important, nos gars ont livré la marchandise. Je pense qu'ils sont maintenant gonflés à bloc.»
Fleury avait stoppé 133 des 142 tirs dirigés vers lui lors des quatre premiers matchs, ayant le dessus sur son vis-à-vis Braden Holtby, récipiendaire du trophée Vézina la saison dernière et finaliste cette saison. Holtby a enfin eu le meilleur avec les Capitals le dos au mur. «Nous sommes encore en danger, mais nous devons garder les éléments positifs du dernier match et nous préparer pour le suivant», a affirmé Alex Ovechkin.
Trotz a mentionné qu'il s'attendait à voir Fleury rebondir et l'entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan, n'a pas pointé le doigt vers son gardien pour expliquer le résultat dans le cinquième match. «Je pense qu'il a été solide, a déclaré Sullivan. Les buts qu'il a accordés étaient des bons buts. Je pense que nous devons faire un meilleur travail devant lui.»
Par ailleurs, le capitaine des Penguins Sidney Crosby a dit qu'il se sentait bien après avoir joué pendant 19:10 à son retour au jeu, cinq jours après avoir été victime d'une commotion cérébrale. Il a amassé une aide, mais a été critique du travail de son unité. «Je me sens bien, a confirmé Crosby. Les chances étaient là, mais nous n'avons pas pu en profiter.»