Guillaume Beaudoin a enfin fini de ronger son frein.

La fin du chemin de croix de Guillaume Beaudoin

Trois-Rivières — Guillaume Beaudoin a enfin fini de ronger son frein. Coincé à l’infirmerie depuis le printemps dernier, alors qu’il participait à la finale de la Coupe du Président avec l’Armada de Blainville-Boisbriand, le défenseur originaire de Bécancour est de retour sur patins.

Après avoir longtemps négocié avec une blessure à l’épaule, l’arrière de 21 ans a finalement opté pour l’opération l’été dernier. En conséquence, il a dû se soumettre à une longue période de réhabilitation.

«C’est long, être aussi longtemps sans jouer. Mais c’était une blessure à l’épaule qui me suivait depuis bantam. Ça prend du temps à guérir et j’ai pris la bonne décision de me faire opérer», raconte le produit des Estacades midget AAA.

Beaudoin a renoué avec l’action le 25 janvier lors de la visite des Gee Gees d’Ottawa au Colisée. Il n’a pas tardé à impressionner le groupe d’entraîneurs. Après deux rencontres, le défenseur se sent déjà en confiance au sein de ce groupe où il connaissait déjà Julien Bahl et Félix Plouffe (de l’Armada) ainsi que Jonathan Deschamps et Bruno-Carl Denis (des Estacades). «J’avais hâte de contribuer. C’est une nouvelle équipe, je veux faire partie du succès. J’ai travaillé fort pour revenir au jeu et je pense m’être bien intégré. Mieux ça va, plus les coachs m’en donnent. Je dois mériter mon temps de glace.»

L’entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert n’en demandait pas tant. «On s’attendait à rien de lui au départ, en raison de sa longue période d’inactivité. On voulait le mettre dans de bonnes situations. Il a livré des performances extraordinaires. C’est toute une démonstration de caractère.»

McGILL EN VISITE
Beaudoin et ses coéquipiers auront la lourde tâche de se frotter aux meneurs de la Ligue de l’Ontario, les Redmen de McGill, répertoriés cinquièmes au Canada. Il n’y a pas si longtemps, Patriotes et Redmen luttaient pour le sommet de la division Est, notamment grâce à une victoire de 5-4 des Trifluviens face à leurs rivaux montréalais, le 10 janvier.

Cependant, la sanction imposée aux Patriotes (13 forfaits et la perte de 19 points au classement) pour avoir utilisé un joueur non éligible a complètement changé le portrait. Ainsi, pendant que McGill a déjà le titre de division en poche, les Patriotes se retrouvent en plein cœur d’une féroce course aux séries éliminatoires. L’UQTR occupe le huitième et dernier rang donnant accès au tournoi de fin de saison, un seul point devant les Paladins du Collège royal militaire et deux points devant les Voyageurs de l’Université Laurentienne. Ces deux équipes ont un match en main sur les Patriotes.

«On a un beau défi devant nous. Il nous reste trois gros matchs à jouer. Ça sera trois matchs de séries et il faut aller chercher le plus de points possible. On ne peut pas retourner dans le passé. Maintenant qu’on a digéré la sanction, on doit se concentrer sur ce qu’on peut contrôler. Ce n’est jamais arrivé une telle sanction alors c’est à nous d’écrire notre propre histoire.»

Encore une fois, l’infirmerie déborde chez les Patriotes pour ce match crucial. À la veille de la rencontre, Hubert prévoyait que sept réguliers allaient manquer à l’appel. «C’est la même histoire qui se répète cette année. On fait face à énormément d’adversité et notre jeune équipe va sortir grandie de tout ça.»