La fin des Loups de La Tuque?

Malgré les difficultés financières, les changements d'entraîneurs et les baisses d'assistances, les dirigeants dressent un bilan majoritairement positif de la saison qui a pris fin le week-end dernier pour les Loups de La Tuque qui, selon toute vraisemblance, seront vendus à la fin des séries éliminatoires de la LHJAAAQ.
Même si les dirigeants espèrent de tout coeur annoncer le retour de la concession en Haute-Mauricie l'an prochain, cette avenue est désormais pratiquement éliminée, faute d'investisseurs.
«N'eût été de la Ville de La Tuque, nous aurions probablement fermé les livres en décembre. On a fait des appels, on a fait des rencontres, malheureusement il ne semble pas y avoir d'investisseur pour garder l'équipe ici», a souligné le président des Loups de La Tuque, Michel Pronovost.
À ce moment-ci, l'équipe n'est toujours pas vendue. Le président des Loups confirme toutefois que deux offres sont présentement à l'étude, mais aucune annonce ne sera faite avant le mois d'avril. «On va être honnête. Présentement, il n'y a pas d'offre pour que l'équipe demeure à La Tuque, mais on continue nos démarches. Il y a toujours un mince espoir, mais ce sera difficile», affirme-t-il.
Ce dernier ne cachait pas sa déception devant ce constat, bien que ce scénario se dessinait depuis que la Ville a décidé de retirer sa participation financière. «C'est sûr que c'est décevant. La participation de la population aussi nous a déçus. On avait un noyau très fidèle, mais 250 personnes, ce n'était pas suffisant.»
Saison satisfaisante
La saison des Loups a pris fin dimanche dernier. Ils ont été éliminés dans un match ultime par les Rangers de Montréal-Est au premier tour des séries éliminatoires.
«On est très satisfaits compte tenu du fait que nous avions une équipe très jeune. Notre moyenne d'âge était d'environ 17 ans. On a vu la progression des joueurs. Ce qu'on va retenir de cette équipe-là, c'est que les jeunes n'abandonnaient jamais et qu'il y avait un très bon esprit d'équipe», a lancé M. Pronovost.
L'équipe qui a terminé la saison avec un total de 37 points a toutefois eu son lot de difficultés. «Il y a des joueurs qui, pour différentes raisons, ont décidé de ne pas se rapporter à l'équipe. C'est certain que s'ils s'étaient joints à l'équipe nous aurions été encore plus compétitifs»
À deux reprises, l'équipe a dû trouver un nouvel entraîneur. L'arrivée de Ron Choules a d'ailleurs eu l'effet escompté après le départ de Michel Pratt. «Il est arrivé avec un bagage d'expérience et une structure de hockey nettement supérieure à Pratt. Jean-Paul (Muir) n'a eu qu'à continuer dans le même sens après son départ», a précisé M. Pronovost.
«Il faut rendre le crédit à Jean-Paul, qui a mis tout son coeur dans cette équipe-là au cours des trois dernières années, et particulièrement cette année où il a mis les bouchées doubles en tant que directeur-gérant et entraîneur», a-t-il conclu.