Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Équipe Québec du gérant Patrick Scalabrini présente un dossier de quatre victoires et cinq revers en neuf parties jusqu’ici cette saison.
Équipe Québec du gérant Patrick Scalabrini présente un dossier de quatre victoires et cinq revers en neuf parties jusqu’ici cette saison.

La fatigue rattrape Équipe Québec

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Patrick Scalabrini déteste utiliser les excuses de la fatigue et des longs voyages. C’est le mot d’ordre d’Équipe Québec cette saison dans la Ligue Frontier: inutile de s’acharner sur cette dure réalité, bien qu’elle existe et qu’elle puisse affecter la performance des joueurs.

Après une douzaine d’heures passées dans l’autobus dans la nuit de jeudi à vendredi, tout ça après avoir disputé un programme double, c’était difficile de renier le facteur fatigue: le club à la fleur de lys s’est incliné 7-3 devant les Wild Things de Washington, vendredi en Pennsylvanie.

«Elle était dure celle-là. Surtout après le double de [jeudi] contre Southern Illinois», concédait le gérant, qui a vu ses troupiers échapper un cinquième match en neuf rencontres.

Malgré le revers, le classement demeure serré dans la division Atlantique de la Ligue Frontier: les Québécois n’accusent qu’un demi-match de retard sur les Boulders de New York.

Gauthier s’est battu

Envoyé dans la mêlée comme lanceur partant pour la deuxième fois depuis ses débuts dans les rangs professionnels, David Gauthier a connu un départ erratique en concédant trois points aux Wild Things. Il n’a pas été aidé par sa défensive, qui a commis une erreur en commençant.

Gauthier s’est bien repris par la suite: après quatre manches et un tiers, il a quitté la butte (six coups sûrs, quatre points dont trois mérités, un but sur balles et trois retraits sur des prises).

«C’est un jeune qui va se battre. Malgré une première manche de presque 30 lancers, il a rebondi et nous a permis de revenir tranquillement.»

Glaude en tête pour les circuits

Scalabrini identifiait David Glaude comme l’un des meneurs d’Équipe Québec au moment d’amorcer le camp d’entraînement. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne déçoit pas son gérant.

Glaude a claqué vendredi son quatrième circuit en neuf matchs. «Il connaît un très bon début de saison», reconnaît Scalabrini, pas surpris par ce départ canon de l’ancien des Aigles, qui aurait joué pour les Capitales si nous avions eu droit à une saison normale.

«J’aime ce qu’il apporte sur le plan offensif, mais aussi dans la chambre. David, c’est un bon meneur. Et être un leader dans le vestiaire, c’est encore plus important cette saison.»

«On a gratté»

Le circuit de Glaude a rétréci l’écart des Wild Things à 3-2, mais Équipe Québec n’a jamais été en mesure de créer l’égalité.

Le club local, qui jouait devant plus de 1800 de ses partisans, a conforté son avance en huitième manche contre le releveur John Witkowski, chancelant alors que son équipe s’accrochait à l’espoir, en retard 4-3. Washington a inscrit trois points contre lui. Deux étaient mérités.

«Avant le match d’aujourd’hui, il était l’une de nos révélations jusqu’ici. On voulait lui offrir des manches importantes et malheureusement, ça ne s’est pas passé comme il l’espérait.»

À l’opposé, Frank Moscatiello a été sublime. En deux manches et deux tiers, le petit releveur droitier a passé sept frappeurs des Wild Things dans la mitaine de son receveur Jeffry Parra, qui demeure le frappeur le plus constant d’Équipe Québec avec sa moyenne au bâton de ,323. Le Québécois Louis-Philipe Pelletier, qui appartient aux Aigles de Trois-Rivières, pointe au deuxième rang (,292).

«On a pris le contrôle du match après la première manche. On a gratté, mais ça n’a pas été suffisant. Je ne peux pas être fâché contre les gars dans les circonstances. Ce ne sera pas plus facile dans le reste de la série, mais on sait que nos renforts arrivent bientôt.»

Les renforts

Scalabrini rappelle souvent depuis deux semaines qu’il mise sur 16 recrues dans son alignement. «Dans les matchs serrés, ça fait une différence.»

À partir de samedi, le receveur Ruben Castro, un ancien espoir des Astros de Houston, rejoindra Équipe Québec, lui qui a participé dans les derniers jours aux qualifications olympiques avec Porto Rico. Le club accueillera aussi un nouveau lanceur dans les heures à venir. C’est sans oublier les Canadiens Jesse Hodges et Connor Panas, également aux qualifications olympiques avec l’unifolié.

«Malgré tous ces absents, on joue pour environ ,500», fait remarquer Scalabrini, qui risque de confier la balle à deux jeunes lanceurs, samedi et dimanche. Ben Hoffman et le Québécois Miguel Cienfuegos pourraient voir de l’action ce week-end.

En bref

L’ex-lanceur des Aigles, Kevin McNorton, joue pour les Wild Things. Le géant de 6p6 originaire de l’Alabama a perdu ses deux départs et il sera en action dimanche, contre Équipe Québec...

Fondés il y a 20 ans, les Wild Things de Washington n’ont jamais remporté le championnat de la Ligue Frontier, bien qu’ils aient connu passablement de succès au milieu de la décennie 2000.