Les tests physiques ainsi que les aptitudes démontrées sur le terrain durant le camp printanier ont satisfait les entraîneurs des Diablos, qui attendent la prochaine saison avec fébrilité.

La confiance règne chez les Diablos

TROIS-RIVIÈRES — François Dussault n’est pas du genre à s’emporter. Les années passées à regarder son père graviter dans le monde du football professionnel et scolaire lui permettent de bien calculer ses interventions médiatiques sans mettre trop de pression sur ses joueurs.

Mais au terme des deux fins de semaine du camp printanier des Diablos du Cégep de Trois-Rivières, un constat s’impose: cette cuvée 2018 fait déjà parler d’elle pour les bonnes raisons.

Il est encore tôt pour spéculer sur les chances d’atteindre les plus hauts sommets en division 2 du football collégial, sauf que les tests physiques des derniers jours laissent présager des jours heureux chez les Rouges. «Nous sommes plus gros, plus grands et plus athlétiques que l’an passé», résume Dussault, qui admet être sorti de l’exercice d’évaluation un peu fatigué... et comblé!

«C’est exigeant pour tout le monde. On a retardé le camp d’avril et devancé celui de la fin mai pour coller ça sur deux week-ends. J’ai aimé ce que j’ai vu et je ne suis pas le seul.»

Plus de 80 ados et jeunes adultes ont répondu à l’invitation tendue par Dussault et son équipe d’entraîneurs, sensiblement la même qu’en 2017. «80 gars, c’est un peu plus que par le passé. Et quand je regarde le noyau, c’est énorme! En ce moment je suis brûlé, mais j’ai tellement hâte que la saison commence.»

Plusieurs anciens ont prêté main-forte aux Diablos durant le camp, une aide fort appréciée des gens en place. Or, une belle énergie se dégageait sur le terrain. Il faut dire qu’ils sont nombreux à prédire un automne ensoleillé au stade du cégep.

«Ça se parle! Avec les festivités de nos 50 ans qui arrivent à grands pas, il règne une bonne dynamique autour de l’équipe. Les gars ont battu pas loin de 75 % de nos meilleurs résultats lors des tests physiques, si on les compare aux autres éditions.»

À ce chapitre, soulignons que le porteur de ballon Michaël Morin, un produit du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph, a soulevé 345 livres au test du développé couché. L’autre porteur, Mathieu Leboeuf (Estacades), a également fait écarquiller les yeux.

«On semble avoir une bonne relève à cette position» souligne Dussault, tout aussi élogieux envers les joueurs en défensive Guillaume Beaulac (SSJ), Félix Simoneau (Estacades) ainsi que le joueur de ligne offensive Henri Beaumier, des Pionniers. «Il est déjà prêt physiquement pour le football collégial. C’est rare pour un jeune de son âge, alors il est un beau projet.»

Les camps étaient maintenant derrière lui, François Dussault profitera des semaines à venir afin de poursuivre son recrutement pour le moyen et le long terme.

Puisque les jeunes des écoles secondaires se trouvent actuellement en camp de printemps, il parcourra la région, question d’analyser les futurs talents. «On prépare déjà 2019, 2020 et 2021!»

Sauf qu’il admet que c’est difficile de ne pas penser au 1er septembre 2018, quand ses Diablos fouleront le terrain pour la première fois du calendrier régulier contre les Filons de Thetford.

Normal, la saison qui arrive est remplie d’espoir.