Le grand patron d’Eye of the Tiger Management, Camille Estephan.

«La boxe québécoise joue gros»

SHAWINIGAN — Camille Estephan n’en fait pas un grand secret d’État, l’issue du combat entre Simon Kean et Dillon Carman va avoir un impact direct sur les activités de son écurie.

«Simon joue gros. La boxe québécoise joue gros, aussi. C’est l’un des deux meilleurs vendeurs de billets au Québec. Et on croit qu’il a le potentiel pour aller à l’international. Pour ça, on a besoin d’une victoire demain», a reconnu le grand manitou d’Eye of the Tiger Management vendredi midi.

La bonne nouvelle, c’est qu’Estephan croit dur comme fer que l’élève de Jimmy Boisvert a réuni toutes les conditions pour gagner cette revanche programmée entre les deux meilleurs poids lourds au pays. «Il est dans la meilleure forme de sa carrière, taillé au couteau. Il a accepté la défaite, l’a décortiquée avec son équipe puis il a défoncé son adversaire à son combat de retour. Je suis très satisfait de sa préparation et je suis convaincu qu’il va mettre un point d’exclamation sur ce nouveau chapitre de sa carrière demain. Carman va y goûter demain, je suis certain!»

Estephan ne cache pas non plus espérer que les heures précédant le gala vont permettre aux Cataractes de vendre des billets supplémentaires. Ça tourne un peu plus au ralenti aux guichets comparativement aux deux galas de 2018. Présentement, quelque 3000 billets ont trouvé preneur. «On aimerait avoir 3500 personnes. Ça fait partie de notre stratégie de créer un environnement hostile. Au hockey, c’est de moins en moins important, mais à la boxe, c’est différent. Rappelez-vous l’an passé, Braidwood était dépassé quand il s’est amené sur le ring. Il était blanc comme un drap! Les fans peuvent vraiment supporter Simon dans sa mission. Démontrons tous ensemble à Carman que de se battre à Shawinigan dans la tanière du Grizzly, c’est différent que de se battre à Québec!»

Selon Estephan, Carman est venu en Mauricie pour gagner. Cette arrogance affichée cette semaine, ce n’est pas du toc. «On ne sous-estime par Carman. Il a gagné le premier combat. C’est clair qu’il essaie de rentrer dans la tête de Simon. Mais des fois, l’arrogance, ça joue des tours! En tout cas, il est prêt pour la guerre. Simon aussi. Celui qui veut le plus va gagner.»

Richard Le Stage pose le même diagnostic. L’entraîneur d’Adam Braidwood regarde tout ça de l’extérieur, cette fois. Et il ne peut s’empêcher de croire que la finale sera spectaculaire. «Si Simon se présente de la même façon que l’an dernier face à Adam, j’aime beaucoup ses chances. À mon avis, il a plus d’outils que Carman. Maitenant, ce dernier semble très confiant et je ne pense pas qu’il joue une game, je pense qu’il croit sincèrement qu’il est meilleur que Kean. On saura qui a raison samedi soir. Prévoyez des feux d’artifices, ça va se cogner!»