Scott Kuzminsky

Kuzminsky quitte les Aigles

Il est rare qu'un joueur de baseball exige une transaction afin de poursuivre sa carrière à un échelon inférieur. C'est pourtant ce que Scott Kuzminsky avait en tête quand il a discuté avec le gérant des Aigles T.J. Stanton, qui l'a expédié dans la Frontier League, aux États-Unis, en retour d'un autre releveur, Ryan Leach celui-là.
Kuzminsky passe donc des Aigles de Trois-Rivières de la Ligue Can-Am aux Thunderbolts de Windy City, un club basé en Illinois et évoluant dans les cadres d'un circuit réservé aux joueurs de 27 ans et moins.
En 67 matchs chez les Oiseaux, Kuzminsky aura lancé pendant plus de 106 manches, conservant une moyenne de points mérités de 4,56. Lanceur en contrôle - il accorde peu de buts sur balles -, l'athlète de 25 ans est surtout connu chez les partisans de la région pour avoir réussi le dernier retrait de la saison 2015, quand les Aigles ont été sacrés champions de la Can-Am.
Malgré son statut de recrue, Kuzminsky avait démontré des nerfs d'acier lors de la finale contre les Jackals du New Jersey.
«C'est la première fois que j'entends un joueur me parler de son intérêt d'aller dans un circuit moins fort, sourit Stanton. Mais Scott souhaite avoir un rôle de releveur numéro un alors je comprends sa décision.»
En retour, les Aigles mettent la main sur Ryan Leach, qui a été développé à Québec de 2014 à 2016. Dans son rôle d'entraîneur des lanceurs à Québec, Stanton a aidé le jeune homme à parfaire son art dans le baseball indépendant.
«C'est un droitier qui lance de côté. Je dirais que c'est un gars assez complet sur le monticule, capable de nous dépanner contre les bons frappeurs droitiers en sixième ou septième manche. Si la situation le commande, je ne serais pas inquiet de l'envoyer parfois en huitième ou en neuvième.
Ryan est heureux de la transaction, il parle un peu le français et puisqu'il demeure en Nouvelle-Angleterre, il vient souvent au Québec durant l'hiver. Il sera important pour nos actions dans la communauté.»
Les Capitales avaient échangé Leach aux Thunderbolds de la Frontier League il y a deux semaines, en retour d'un joueur à être nommé plus tard. Il s'agit donc d'une victoire pour le releveur qui semblait destiné à défendre l'uniforme d'un club dans un circuit inférieur.
En 89 manches et deux tiers de travail chez les Capitales, Leach montre des statistiques semblables à celles de Kuzminsky.
Herrera: c'est pratiquement réglé
Par ailleurs, Stanton a pu s'entretenir avec le cogneur étoile Javier Herrera au cours des derniers jours. Il compte le rencontrer d'ici la fin de la semaine afin de confirmer le retour du vétéran, dont la demande d'asile politique a été acceptée par le gouvernement du Canada.
«Il ne me reste qu'à lui parler de ses responsabilités, de la prochaine saison ainsi que du contrat. Je préfère faire cela en tête à tête», conclut Stanton.