Kevin King était aux anges de triompher dans une ville qui est devenue la sienne à l’adolescence.

King et Limoges brisent la glace

TROIS-RIVIÈRES — Kevin King était encore adolescent quand il a quitté les Cantons-de-l’Est pour la Mauricie en 2008. Il désirait ainsi se rapprocher du monde des courses, dans lequel il souhaitait faire carrière. Ça aura pris quelques années, mais il est enfin monté sur la plus haute marche du podium au Grand Prix de Trois-Rivières.

Et tant qu’à faire les choses en grand, aussi bien s’arranger pour que ce soit dans le cadre du 50e! La Coupe Nissan Micra célébrait quant à elle sa 60e épreuve à vie. «Je passais mes étés ici jusqu’en 2011 pour travailler avec PSL Karting. Trois-Rivières est devenue ma ville, tous mes partenaires viennent d’ici, je me mettais toujours une pression additionnelle en arrivant au GP3R», confiait le vainqueur de la course du dimanche en Coupe Nissan Micra.

King venait de livrer un bon duel avec Valérie Limoges, la gagnante de la veille. King avait quant à lui dû se contenter du troisième échelon, après avoir dérapé à la suite d’un contact avec Nicolas Barrette au virage du stade de baseball.

«C’était un peu l’histoire de mes courses au GP3R, il y avait toujours un petit pépin qui survenait, qui m’empêchait de savourer la victoire. Cette fois, je compte bien en profiter! On s’en va dans les loges pour regarder l’épreuve NASCAR, avec la nourriture à volonté!»

King a conforté son avance au championnat de la Coupe Micra. Il reste quatre manches à la saison, à Mosport en Ontario ainsi qu’à Mont-Tremblant. «Je suis très à l’aise sur ces deux pistes, je suis confiant.»

Une deuxième femme triomphe

Dix ans après Simona de Silvestro en Formule Atlantique, Valérie Limoges était devenue samedi la deuxième femme et la première Québécoise en 50 éditions à remporter une course au GP3R.

Pilote la plus rapide en piste vendredi au terme des qualifications, Limoges, 36 ans, a été déclarée vainqueure quelques heures après la fin de l’épreuve.

Initialement, c’est Nicolas Barrette qui avait été sacré champion de cette première de deux manches en Nissan Micra au GP3R. Les officiels l’ont toutefois pénalisé pour un contact avec King au 14e tour.

Dix ans après Simona de Silvestro en Formule Atlantique, Valérie Limoges était devenue samedi la deuxième femme et la première Québécoise en 50 éditions à remporter une course au GP3R.

Barrette a donc été décalé jusqu’en quatrième position, derrière King (3e), Marco Signoretti (2e) et Limoges, qui gagnait enfin dans les rues de Trois-Rivières. «La piste était glissante et dangereuse en raison de la pluie. Avec des pneus slicks [lisses], c’était un gros défi pour tout le monde», relatait Valérie Limoges, croisé plus tard dans l’après-midi, le sourire au visage. «Je suis contente, car j’étais la plus rapide [vendredi], disons que ça augurait bien! Je suis fière d’être la première Québécoise à gagner ici. De voir mon nom aux côtés de Simona, c’est un bel honneur, car elle gagne sa vie en course automobile.»

Limoges a démontré son talent tout au long du week-end, roulant avec les meneurs à chacun des tours.

Reconnaissante

Croisée vendredi dans les puits, Valérie Limoges rappelait à quel point elle désirait rafler au moins une victoire en carrière au Grand Prix. «C’est tout un challenge, car la piste est technique et nous avons très peu de temps en essais à cause de l’horaire chargé de la fin de semaine.»

Comme bien d’autres, elle constatait, avec regret, que la plupart des séries accueillaient moins de pilotes pour cette 50e édition. Même la Coupe Nissan Micra ressent cette tendance. «Je me considère chanceuse d’avoir encore de bons partenaires, je sais que plusieurs paient de leurs poches et je trouve ça dommage. Je suis consciente que d’être une fille ça aide, mais en même temps, je roule à l’avant alors j’ai ma place.»

Elle ne pouvait mieux le prouver que samedi!

Parmi les autres résultats, Sylvain Ouellet de Louiseville a réalisé deux excellentes performances, ralliant l’arrivée deux fois au cinquième rang. Mario Berthiaume a terminé neuvième dimanche. Marie-Josée Massicotte, Paul Dargis, Éric Chaput et André Lapointe étaient tous en piste.

Chaput a été victime samedi de l’un des accidents les plus violents de la fin de semaine, sur l’avenue Gilles-Villeneuve. Heureusement, il s’en est bien tiré.

La 12e place réalisée par Michel Barrette samedi lui assurait son meilleur résultat en carrière en Nissan Micra.

Chose certaine, son fils Nicolas, qui a mérité le premier podium de la famille Barrette dimanche, est grandement motivé pour la suite des choses. Il disait avoir trouvé la formule gagnante pour enchaîner les succès. Ça ne serait que plus divertissant pour les prochains Grands Prix.