Avery Gibson a dû s'incliner face à Simon Kean.

Kean l'emporte haut la main

Face à son plus important test en carrière, Simon Kean a livré une brillante performance samedi soir devant plus de 5500 personnes au Centre Bell. L'olympien de Londres 2012 s'est en effet offert une victoire par décision unanime devant Avery Gibson, un colosse américain à la mâchoire solide, dans un gala riche en émotions qui s'est conclu par une bagarre générale au parterre.
Pour la première fois de sa carrière professionnelle, Kean n'a pas achevé son rival par K.-O. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Le Trifluvien, qui n'avait jamais veillé plus tard que le cinquième round, a été l'instigateur de la quasi-totalité des attaques, son adversaire se limitant à quelques timides séquences de contre-attaque et beaucoup d'accrochage.
Néanmoins, Simon Kean (8-0, 7 K.-O.) conserve sa fiche parfaite avec une huitième victoire en autant de combats. «Je suis bien content d'avoir affronté un gars qui m'a amené à la limite des huit rounds. C'est de cette façon que je vais apprendre, pas avec des K.-O. au premier round. J'ai eu pas mal de fun, ça c'est du sport!», a commenté Kean, tout sourire, aux abords du ring.
À plusieurs reprises pendant les huit rounds, le poulain d'Eye of the Tiger Management a senti son rival fléchir dans l'arène, sans réussir à décocher le coup fatal. Au huitième et dernier assaut, le Trifluvien a d'ailleurs passé près de 90 secondes à terrasser Gibson sans arrêt. Complètement exténué, et parfois titubant dans le ring, l'Américain a néanmoins survécu jusqu'à la dernière cloche, devant des partisans en délire sur le bout de leur siège.
«Je voulais tellement le finir. J'ai vidé le réservoir pour y arriver, mais il était difficile à faire tomber», a noté Kean, également heureux d'avoir encaissé quelques coups lors de son duel. «J'ai pu voir ce que c'était, recevoir de bons coups.»
Il faut dire que Gibson (8-6-4, 2 K.-O.) est reconnu comme un boxeur très durable, n'ayant jamais été mis hors de combat en 18 sorties chez les professionnels.
À sa sortie du ring, l'Américain levait pour sa part son chapeau au poids lourd québécois pour la qualité de sa performance. «J'ai donné le meilleur de moi-même. J'ai eu l'impression d'avoir lancé quelques bons coups. Je me suis présenté pour me battre, mais Simon est très coriace. J'ai défendu ma portion du ring, je l'ai forcé à me respecter. Simon était en très grande forme et ses coups au corps au huitième round, oh merde qu'ils étaient puissants», a souligné Gibson, tout de même fier de l'opposition offerte à Kean.
«J'ai démontré beaucoup de coeur et je pense qu'on a offert un grand spectacle aux amateurs», a indiqué celui qui affrontait un cinquième olympien dans carrière. «C'est l'olympien le plus coriace auquel j'ai fait face!»
De son côté, l'entraîneur de Kean, Jimmy Boisvert, était fort ravi du rendement de son protégé. «Je suis très content de ce qu'il a offert. En faisant un huit rounds, au Centre Bell, en demi-finale, et avec beaucoup d'attention médiatique, je pense qu'il a répondu à plusieurs questions que certaines personnes se posaient. J'ai aussi bien aimé le voir ouvrir la machine au huitième round pour aller chercher le K.-O. Jusqu'au cinquième round, je l'avais retenu un peu, pour qu'il demeure concentré sur le combat.»
En action à New York?
Maintenant cette huitième victoire en poche, Kean pourrait bien effectuer sa prochaine sortie aux États-Unis. Si tout se déroule comme prévu, le colosse de 6pi 5po verra de l'action le 11 mars à Verona, dans l'État de New York, en sous carte du gala opposant David Lemieux et Curtis Stevens.
Si jamais cette option devait tomber à l'eau, Eye of the Tiger Management pourrait regarder du côté de Toronto pour le faire boxer. En tout, Kean devrait grimper dans l'arène deux fois d'ici sa sortie à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, prévue cet été.
Questionné sur la suite des choses après sa victoire, Kean avait d'ailleurs quelques idées en tête. «Je veux un combat pour le titre canadien bientôt (contre Dillon Carman). Et pourquoi pas, à moyen terme, un combat avec (Bermane) Stiverne?»
Mêlée générale au parterre
La fin de soirée au Centre Bell a été marquée par une imposante mêlée générale à la suite du combat final au cours duquel Brandon Cook s'est imposé par K.-O. devant le joyau d'Eye of the Tiger Management, Steven Butler.
Pendant plusieurs minutes, un important groupe de spectateurs en est venu aux coups aux abords du ring. Plusieurs projectiles - des verres de bière, des chaises et même des tables! - ont notamment été lancés en direction de l'arène. 
Brandon Cook a été atteint au visage par un sceau de glace en métal et une dame a même été transportée en ambulance après avoir reçu une bouteille d'alcool en vitre sur la tête. Plusieurs dizaines d'agents de sécurité et des policiers ont été mis à contribution afin de rétablir le calme dans l'amphithéâtre.
Quelques autres mêlées ont éclaté un peu partout dans le Centre Bell. D'ailleurs, en pleine entrevue avec Avery Gibson, en coulisses, une bagarre a éclaté quelques pieds plus loin. 
Le colosse américain a subitement interrompu l'entretien pour aller séparer les belligérants... avant de venir retrouver l'auteur de ces lignes pour continuer d'offrir ses commentaires sur son affrontement avec Simon Kean.