Simon Kean fera face à un ancien champion du monde.

«Kean est un boxeur ordinaire»

Trois-Rivières — Siarhei Liakovich (27-7-0, 17 K.-O.) se promet bien de gâcher la fête au Centre Bell samedi. Eye of The Tiger Management a fait appel à lui pour mousser la cote internationale de son protégé Simon Kean (17-1-0, 16 K.-O.). Mais l’ex-champion du monde croit que Camille Estephan a ciblé le mauvais client.

«Ils ont fait une erreur», soumet le Biélorusse, qui n’est pas un grand fan du Trifluvien. Il a d’ailleurs assisté à sa défaite face à Dillon Carman l’an dernier. «C’est un gros boxeur, avec de la puissance. Je dois lui donner du crédit, pour avoir réussi à venger sa défaite face à Carman. Mais sinon, ce que je vois en le regardant, c’est un boxeur ordinaire», ajoute-t-il.

Si Kean croit avoir affaire à un vieux routier sur la pente descendante venu toucher un dernier chèque de paie, Liakovich dit lui préparer toute une surprise. S’il n’a boxé que deux fois au cours des cinq dernières années, ce n’était pas par choix. «Il y a de la politique dans la boxe. Ce n’est pas toujours facile d’obtenir des combats. Je devais en avoir quelques-uns, qui ont été annulés. J’ai été dans le gymnase tout ce temps-là, à me préparer avec soin. Je suis arrivé à Montréal en grande forme! J’ai encore des choses à me prouver, c’est pour ça que je suis ici.»

À 30 ans, Kean entre dans les meilleures années de sa carrière. De 13 ans son aîné, Liakovich ne croit pas que l’âge sera un problème pour lui samedi. «Plus tu vieillis, plus tu deviens rusé sur un ring. Et plus tu deviens puissant. L’expérience, ça ne s’achète pas. »

Liakovich refuse toutefois de faire une prédiction quant à l’issue du combat. Ni sur l’identité du vainqueur, ni même sur la durée de l’affrontement. «Un combat, c’est toujours imprévisible. Ça va dépendre de ce que va faire Kean. Je suis préparé pour n’importe quoi, je vais m’ajuster», lance celui qui disait ignorer que EOTM alignait un autre espoir poids lourd dans son écurie, soit Arslanbek Makmudov (9-0, 9 K.-O.). Pour l’instant, il ne montre pas d’appétit à le croiser s’il surprend Kean. «On verra. En boxe, c’est toujours un combat à la fois!»