Plutôt calme depuis le début de la semaine, Simon Kean a servi un avertissement ferme à son rival Dillon Carman, vendredi dans le cadre de la pesée officielle.

Kean-Carman II: «C’est personnel»

SHAWINIGAN — À l’aube de son combat revanche face à Dillon Carman (14-4- 13 K.-O.), Simon Kean (16-1, 15 K.-O.) est apparu plus agressif que lors des précédentes activités promotionnelles cette semaine.

Le Trifluvien s’est bombé le torse après avoir affiché un poids de 234 livres, qui témoigne certainement de l’ardeur déployée au gymnase pour tenter de redorer son blason. Puis, il a glissé quelques mots à l’Ontarien avant de débarquer de la petite scène érigée à la Plaza de la Mauricie. «Je lui ai dit que j’allais lui régler son compte demain! Je ne pense pas qu’il ait compris mon français, mais c’est pas grave, j’avais besoin de m’exprimer», a lancé le géant de 6’5’’, qui a bien voulu expliquer son changement d’attitude. «Je suis dans le bon état d’esprit. Ça ne servait à rien de s’exciter pour rien. Mais là, on se prépare pour la guerre et je sais que ce n’est pas un petit morceau de gâteau qui m’attend. J’ai beaucoup, beaucoup hâte à demain!»

Kean a promis de savourer cette autre sortie devant ses partisans samedi soir. «D’ici là, je vais méditer, manger et relaxer en écoutant de la musique country. J’ai un travail à faire demain, mais avant tout, je vais m’amuser. Je dois garder en tête que je boxe parce que j’aime me battre et que j’ai des habiletés pour le faire. Tout ce qui compte à partir de là, c’est de gagner», martèle l’olympien, qui dit ne pas chercher à décoder ces dernières minutes passées tout près de Carman. «Je pourrais me faire un paquet de scénarios sur sa façon de réagir, mais ça ne donnerait rien. Je ne suis pas dans sa tête, et je ne suis pas le doc Mailloux! Ce que je sais, c’est que j’ai eu un camp très difficile, j’ai battu tous mes records dans les tests. Je suis prêt pour ce qui m’attend. Ce combat-là, c’est personnel.»

Dans l’autre camp, Carman a décidé de garder le sourire qu’il a trimballé partout en Mauricie cette semaine. Il assure d’ailleurs ne pas avoir été intimidé par l’attitude de son rival à la pesée. «Ce qui était devant moi aujourd’hui, c’est un gars qui est faible mentalement», analysait l’ex-champion canadien. «Moi, je suis prêt pour demain. Simon a eu un bon camp d’entraînement? Tant mieux, moi aussi. Il n’y aura pas d’excuse cette fois. Que la cloche sonne!»

Carman s’attend à débarquer dans un amphithéâtre bourré de partisans du Grizzly… et ça fait presque son affaire. «J’aime quand il y a de l’ambiance. Aujourd’hui, j’ai eu droit à quelques huées, j’imagine que ce sera la même chose. Pas de problème, je trouve ça motivant», assure-t-il. «Mon rôle ici est celui du vilain. Croyez-moi, j’ai beaucoup de plaisir à le jouer!»

«On va dicter le tempo»

Le premier rendez-vous entre les deux pugilistes en octobre dernier s’était terminé par un retentissant K.-O. au 4e assaut, Kean ne se méfiant pas de force de frappe de son opposant. Si son entraîneur Jimmy Boisvert va l’inciter à une certaine prudence, c’est mal le connaître de croire qu’il va le lancer sur la pointe des pieds. «Chez les poids lourds, il faut toujours être prudent. Ceci dit, Simon aura les jambes cette fois pour faire face à n’importe quoi. Le camp s’est très bien déroulé, il va le montrer rapidement. L’objectif, c’est de dicter le tempo. Ça va être un combat explosif», promet-il.

En plus de la finale, neuf autres combats sont au menu de cette carte de boxe présentée au Centre Gervais Auto. La demi-finale est assurée par Andranik Grigoryan (10-0, 1 K.-O.), qui tentera de venger François Pratte en se mesurant à Jorge Garcia Jimenez (14-2-1, 11 K.-O.). Le Trifluvien Kaemy Savoie (2-0), protégé de Denis Hince, se frottera pour sa part à Noe Acosta Cruz. (2-1). À noter aussi la présence du charismatique poids lourd Adam Braidwood (13-2, 12 K-O.), chaudement applaudi à la pesée. Pour son premier combat depuis sa défaite face à Kean il y a un an, le colosse de la Colombie-Britannique va affronter Andrew Satterfield (5-2, 3 K.-O.).