Adam Braidwood et Simon Kean concrétiseront le souhait de bien des amateurs le 16 juin en s’affrontant dans l’arène au Centre Gervais Auto de Shawinigan.

Kean-Braidwood à Shawinigan le 16 juin

TROIS-RIVIÈRES — C’est maintenant coulé dans le béton. Après des semaines de pourparlers, les Cataractes de Shawinigan ont convaincu Eye of the Tiger Management qu’ils étaient les partenaires les plus qualifiés pour l’aider à organiser le combat tant attendu entre Simon Kean (14-0, 13 K.-O.) et Adam Braidwood (12-1, 11 K.-O.) C’est donc à Shawinigan, le 16 juin, que les deux mastodontes vont s'affronter, après une guerre de 18 mois à travers les médias sociaux.

Simon Kean pourra se battre devant son publici le 16 juin.

«C’est une belle marque de confiance que nous obtenons. On se battait contre de gros amphithéâtres, à Laval et Québec. C’est grâce au support des fans en février dernier si cette belle nouvelle se concrétise aujourd’hui. Les amateurs de sport de la région vont être gâtés, c’est l’un des combats les plus attendus au Canada depuis des années», se réjouit le président des Cataractes Roger Lavergne.

Ce dernier et Camille Estephan, président d’EOTM, vont tenir une conférence de presse jeudi prochain, le même jour où les billets seront mis en vente. Les Cataractes ont assuré à EOTM que plus de 5000 personnes vont s’entasser au Centre Gervais Auto pour ce duel qui ne sera pas télédiffusé sur une chaîne conventionnelle. «Nous avons attiré 3500 personnes en février avec un adversaire qui a été connu seulement trois semaines d’avance. Je pense que ceux qui nous ont fait confiance la première fois n’ont pas été déçus de la soirée. La combinaison fait en sorte que nous sommes très, très confiants de faire salle comble avec une finale aussi relevée.»

Lavergne ne veut pas dévoiler tous les détails du gala, voulant se garder du punch pour sa conférence de presse. Mais il promet de mettre sur pied un événement dont les gens vont se souvenir. «Il va y avoir plus qu’un simple gala au menu. On a la chance d’avoir quelque chose de très spécial chez nous, on va travailler pour être à la hauteur et livrer quelque chose d’unique.»

Les fans auront à tout le moins sous les yeux un héros local qui sera motivé comme jamais. En entrevue au Nouvelliste il y a quelques jours, Kean avait confié espérer que les discussions entre les Cataractes et ses patrons aboutissent par une entente. C’est le scénario idéal pour moi, de faire ce combat dans ma cour. À tous les jours, je m’en fais parler. Ce sera hostile comme c’est pas possible dans l’aréna, Braidwood est mieux de s’y préparer. Je pense entrer sur le ring sur la chanson d’Undertaker (vedette de la WWE), avec les lumières fermées. Ça va être malade!»

Kean profite actuellement de quelques jours de congé. Il doit reprendre le chemin du gym dans une dizaine de jours. Il assure être sorti de son combat de samedi dernier sans égratignure. «Je suis prêt à repartir la machine. Avec ce qui m’attends, je serai motivé comme jamais», avait lancé le protégé de Jimmy Boisvert, qui avait aussi pris un malin plaisir à répliquer aux propos d’Yvon Michel, qui offre de mettre sur pied un duel avec Oscar Rivas s’il bat Braidwood le 16 juin. «Je n’ai aucun, mais alors là, aucun problème à me battre avec Rivas. Vous savez, on met souvent les gants ensemble à l’entraînement. Je vais lui botter les fesses si on se retrouve un jour, pour vrai, sur le ring. Et après le combat, j’aurai encore de l’énergie pour faire un round avec Yvon Michel s’il veut aussi m’affronter!», conclut l’olympien. 

Impossible pour l’instant de connaître l’identité des boxeurs qui vont meubler la sous-carte. Chose certaine, il est logique de penser que le Trifluvien François Pratte (6-0) et le Drummondvillois Jordan Balmir (9-0), qui s’entraînent comme Kean au club Performance, seront de nouveau sollicités.