Vincent Jourdenais (à l’arrière sur le kayak) a mérité sa place parmi l’élite à la suite de ses excellents résultats aux essais nationaux.

Jourdenais dans la cour des grands

Trois-Rivières — Trois rameurs de la région lanceront la saison de la Coupe du monde de canoë-kayak de vitesse, à compter de jeudi à Poznan en Pologne, avec l’équipe canadienne. Pour le kayakiste Vincent Jourdenais, il s’agira de sa deuxième expérience dans la cour des grands, après sa participation aux Championnats panaméricains l’été dernier.

Toujours d’âge U23, le kayakiste du Club de canoë-kayak de Trois-Rivières a impressionné lors des derniers essais nationaux, il y a quelques semaines, en compagnie de son partenaire, le Britano-colombien Brian Malfesi. Le duo a notamment raflé les honneurs de la finale A en K2 1000 m au bassin olympique de Montréal. En devançant l’autre équipage canadien en lice ce week-end en Pologne (Marshall Hughes et Jarret Kenke), le tandem Jourdenais-Malfesi obtiendra son accès pour les Championnats du monde seniors.

«Ça fait un mois et demi qu’ils ont été placés ensemble et les résultats sont très positifs. Aux essais nationaux, ils ont été dominants. Ça va être intéressant maintenant de les voir en action à l’échelle internationale. Ils peuvent penser à faire une finale B ou encore un résultat dans le top 15», estime l’entraîneur du CKTR, Mathieu Pelletier.

En septembre dernier, à sa première expérience internationale chez les seniors, Jourdenais avait participé aux conquêtes de la médaille d’or en K4 500 m et de la médaille d’argent en K4 1000 m lors des Championnats panaméricains présentés en Nouvelle-Écosse. Avant lui, des athlètes de la trempe d’Andréanne Langlois, Étienne et Maxence Beauchesne ont notamment représenté le club trifluvien à des épreuves internationales de calibre senior tout en étant d’âge U23.

Pendant que Jourdenais donnera ses premiers coups de rame en Coupe du monde chez les seniors, la reine du canoë féminin, Laurence Vincent-Lapointe, tentera de tenir ses adversaires à distance. Cependant, la championne du monde n’aura pas d’autre enjeu que la victoire elle-même puisqu’elle a déjà obtenu son invitation pour les Mondiaux à la fin de l’été, tant en C1 200 m qu’en C2 500 m.

Quant à Mathieu St-Pierre, du Club de canotage de Shawinigan, il entame sa deuxième année sur le circuit de la Coupe du monde de paracanoë à l’épreuve du VL2 200 m. L’an dernier, il avait notamment obtenu une quatrième position en Hongrie avant de prendre le septième rang aux Championnats du monde.