Après avoir traversé des mois difficiles, Jordan Balmir est de retour à l’entraînement et il compte bien remonter dans le ring en janvier.

Jordan Balmir: «Je n’avais plus le goût de vivre»

TROIS-RIVIÈRES — La sobriété est à la mode par les temps qui courent au Club de boxe Performance.

Simon Kean n’est en effet pas le seul protégé de l’entraîneur Jimmy Boisvert à avoir décidé de cesser de consommer de l’alcool ou d’autres substances causant des dépendances. Sortant d’une spirale infernale de plusieurs mois causée par ses démons intérieurs, Jordan Balmir est de nouveau sobre depuis le début de l’automne et entrevoit l’avenir avec optimisme.

Le boxeur de Drummondville âgé maintenant de 26 ans l’avoue: son revers du 6 octobre 2018 dans le ring du Centre Vidéotron de Québec devant Steven Butler par K.-O. technique au troisième round a été très difficile à avaler. Balmir (10-1-0, 6 K-O) subissait alors sa première défaite en carrière chez les professionnels. Après un camp d’entraînement à Las Vegas dans les semaines qui ont suivi et qui ne s’est pas conclu par un combat chez nos voisins du sud comme on lui avait fait miroiter, Balmir a eu le triste réflexe d’aller chercher un peu de réconfort auprès de ses anciens démons.

«Je n’avais plus le goût de vivre. J’ai repris mes vieux ‘‘patterns’’ de vie de façon très excessive. Ç’a été causé par la défaite, mais aussi par tout ce qui a suivi. Ç’a duré pendant plusieurs mois. Ç’a été toute une dérape. Je n’avais plus le goût de boxer et j’ai tout abandonné. J’en avais assez. J’étais dans une phase de ma vie très dépressive», raconte-t-il.

Mais comme il a réussi à le faire auparavant dans sa vie, le protégé de Jimmy Boisvert s’est sorti de cette croisade autodestructrice et a repris le contrôle de sa vie. Il est allé chercher l’aide dont il avait besoin et est de nouveau sobre depuis quelques mois. L’envie de boxer est également revenue. Il a en effet réintégré l’écurie de Boisvert depuis déjà plusieurs semaines.

Par contre, Balmir n’était aucunement en mesure de reprendre l’entraînement de boxe après les deux semaines qu’il a passées terré dans son sous-sol afin de se couper du reste du monde, et ainsi, reprendre des forces.

«Quand je suis sorti pour courir la première fois, j’étais incapable de jogger trois minutes dans mon quartier. C’est de la marche que je faisais quand j’ai repris l’entraînement, tellement j’étais magané», poursuit-il avant de confier qu’il devrait remonter dans le ring en janvier prochain.