Jordan Balmir est emballé par le prochain défi qui s’offre à lui.

Jordan Balmir: «J’ai gagné à la loterie!»

Trois-Rivières — Jordan Balmir répète depuis belle lurette qu’il n’a peur de personne. Il faut croire qu’il a les bottines pour suivre les babines!

Le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance a réussi à décrocher un combat d’envergure le 6 octobre au Centre Vidéotron de Québec alors qu’il se frottera au talentueux protégé d’Eye of the Tiger Management, Steven Butler.

Champion international de l’IBO chez les super-moyens, Butler (24-1-1, 21 K.-O.) est loin d’être un client commode. À vrai dire, il fait partie des joyaux du promoteur Camille Estephan.

Peu importe, Balmir (10-0, 6 K.-O.) assure être prêt pour gravir cette importante marche de son cheminement. «Je veux mon titre! Ça fait des années que je rêve à mes ceintures. J’ai les photos sur mon plafond dans ma chambre, donc c’est la première chose que je vois en me réveillant», lance Django Balmir, en entrevue avec Le Nouvelliste.

Évidemment, le Drummondvillois de 25 ans est bien conscient de la force de frappe de Bang Bang Butler qui revendique 21 K.-O. en 24 combats. Cependant, il croit pouvoir conserver sa fiche immaculée.

«Butler, c’est un gars talentueux, dangereux, aiguisé. Je ne le sous-estime aucunement. Mais j’ai toujours bien performé sous pression et quand j’étais le négligé. J’ai tout à gagner dans ce combat. C’est pourquoi je vais être le numéro un au Canada dans deux mois», souligne Balmir, qui a savouré une 10e victoire en autant de combats, le 20 juillet à la place Bell de Laval, en sous-carte de Jean Pascal et Steve Bossé, grâce à un K.-O. dès le deuxième round devant Vito Vendetta (12-5-1, 7 K.-O.).

Une opportunité inouïe
En repensant à son parcours , Balmir admet flotter sur un nuage avec la concrétisation de ce duel. Il n’aurait jamais s’imaginer dans une telle situation, il y a quelques années à peine. «J’ai gagné à la loterie! Il y a six ans, j’étais drogué et alcoolique, même pas capable de courir trois minutes. Pendant ce temps-là, Butler était déjà une vedette avec l’équipe nationale. J’ai travaillé fort et j’ai maintenant la chance de me battre contre un gars du top 15 mondial.»

Voilà maintenant que leurs routes se croiseront, en plein coeur du Centre Vidétron.