Jon Smith a frappé 16 circuits dans l'uniforme des Aigles de Trois-Rivières l'été dernier.

Jon Smith de retour avec les Aigles

Les partisans des Aigles poursuivront la tradition du «Tomahawk Chop», cet été, quand le numéro 29 s'amènera à la plaque. Jon Smith, de loin le joueur le plus populaire lors de la campagne inaugurale, s'est entendu avec l'organisation trifluvienne.
Frappeur tout en puissance, l'athlète de 25 ans a terminé la saison au deuxième rang de la Ligue Can-Am pour les coups de circuit (16), à égalité avec Jeremy Barnes (New Jersey) et derrière son coéquipier Steve Brown. Il a maintenu une moyenne au bâton de ,249, tout en produisant 55 points. Il a également croisé le marbre à 53 reprises.
Déjà fort apprécié des amateurs dans les premiers mois du calendrier, Smith est carrément devenu la figure de proue des Aigles Can-Am le 6 juillet, quand il a frappé un grand chelem face aux Jackals du New Jersey. Les Aigles, qui tiraient de l'arrière dans cette rencontre, ont finalement gagné au compte de 12-8. Les chandails de Smith se vendaient par dizaines, à peine quelques jours plus tard. Et le chant du «Tomahawk Chop» résonnait à chacune de ses apparitions au bâton!
«Il a prouvé sa valeur autant en attaque qu'en défensive. En plus, les gens l'adorent alors c'était le mariage parfait pour nous», témoignait son gérant Pierre-Luc Laforest.
Or, malgré cette belle histoire d'amour entre Smith et Trois-Rivières, le voltigeur de gauche a connu une fin de saison en dents de scie, bien en deçà de ses propres attentes... et de celles de son entraîneur. «Il m'a assuré qu'il serait prêt, il met les bouchées doubles à l'entraînement. Il ne faut pas oublier que Jon a disputé sa première saison complète chez les pros l'an passé. Il se pointera au camp avec plus de maturité ce printemps.»
Fameux pour ses longues balles - souvent réussies à des moments critiques -, Smith est aussi le joueur du circuit Wolff qui a été le plus souvent retiré sur trois prises. En 96 matchs, les lanceurs lui ont fait mordre la poussière 103 fois. «Pour rester en pleine forme, tu dois parfois ajuster ta routine d'entraînement. Jon a peut-être eu un petit laisser-aller à ce niveau. Les jeunes passent souvent par cette période difficile, je l'ai moi-même vécue. C'est parfois dur de trouver le juste milieu.»
Sur le plan défensif, Smith n'a cependant rien à se reprocher. En 93 parties dans le champ extérieur, il n'a commis aucune erreur en plus d'accumuler les jeux spectaculaires. Sans se tromper, on peut au moins lui accorder deux des cinq plus beaux jeux défensifs des Aigles l'été dernier. «Il n'hésite jamais à plonger, quitte à manger du sable ou la clôture», rigole Laforest. «Avec Jon, il n'y a jamais de demi-mesures!»
La signature de Smith complète le puzzle du champ extérieur pour Laforest. Rappelons que Carlos Guzman et Brown seront aussi de retour au stade Fernand-Bédard cet été.
Par ailleurs, Pierre-Luc Laforest tente toujours d'en venir à une entente avec ses lanceurs partants Tyler Wilson et Alexander Burkard. Il espère procéder à une annonce en ce sens dans les jours à venir.