Joakim Lemay a tenu à signer son contrat dans son ancien vestiaire des Panthères.

Joakim Lemay se lie aux Mavericks d’Omaha

Trois-Rivières — L’Action de grâce américaine a permis à Joakim Lemay de quitter Mount St.Charles pendant quelques jours et de revenir à Trois-Rivières refaire le plein d’énergie entouré de ses amis et de sa famille. Au milieu de ce petit congé, l’adolescent de 17 ans a aussi paraphé officiellement le contrat qui le lie aux Mavericks d’Omaha dans la NCAA.

«Ça confirme l’entente verbale prise plus tôt. Je m’engage envers les Mavericks, et eux s’engagent envers moi», souligne Lemay, pour qui ce moment a été spécial. Il a donc choisi le lieu où il voulait signer ce pacte, et c’est dans son ancien vestiaire des Panthères du CMI où il s’est exécuté.

«C’était important pour moi de le faire ici, c’est là que tout a commencé. Je voulais que Denis (Francoeur) soit là, il a tellement été important dans mon développement. C’est vrai pour moi, c’est vrai pour toute notre gang qui a grandi à ses côtés. Ce fut très émotif comme moment, un beau feeling d’accomplissement. Maintenant, je comprends aussi que c’est une étape, pas une fin en soi. En fait, ce n’est que le début de quelque chose qui s’annonce très excitant!», confiait Lemay.

Reste à savoir quand il portera les couleurs des Mavericks. Dans le meilleur des scénarios, il touchera à la NCAA dans une saison et demie. Au pire, il attendra une saison de plus. «Ça va surtout dépendre de mon développement physique. La NCAA, c’est jouer contre des gars de 23-24 ans. La maturité physique est importante. Une partie du travail me revient. Mais je ne peux pas tout contrôler. J’y serai quand je serai prêt.»

Un détour par la USHL, ou encore la BCHL, est donc inévitable. Mais avant de penser à l’an prochain, il se promet bien de profiter de chaque instant au Mount St. Charles pour poursuivre sa progression.

«Tout est bien fait là-bas. Le lien avec les études, les périodes pour s’entraîner au gym, les matchs, les pratiques, le plan est solide! Notre gym est de classe mondiale. Notre préposé à l’équipement a gagné la Coupe Stanley en 2013 avec les Bruins. Je dispose d’un très bel environnement pour continuer à m’améliorer», souligne-t-il.

«Le calibre ressemble à du collégial fort. Certains clubs sont plus faibles, d’autres plus forts comme Shattuck St.Mary’s, mais au final, ça reste un bon calibre.»

Un plan clair

Après ses années avec le CMI et le SSJ, Lemay a pris la route du Rhode Island plutôt que celle de la LHJMQ, où il a été repêché par l’Océanic de Rimouski. Zachary Bolduc avait opté pour le même chemin, mais il a changé d’idée il y a un mois et il maintenant un membre de l’Océanic. Lemay dit ne pas avoir été ébranlé par la décision de son copain.

«Je l’ai su un peu d’avance, on se parlait beaucoup. C’est un bon ami, j’étais déçu de le voir quitter, mais ça ne change rien pour moi. Mon choix est bien arrêté et jamais, je ne l’ai remis en cause. Chaque joueur prend ses propres décisions. Zach n’a d’ailleurs jamais essayé de m’influencer. J’espère que ça va bien se passer pour lui dans la LHJMQ, sincèrement. Mais moi, c’est la NCAA que je vise.»

Un parcours qui permet de vivre une expérience différente, mais qui implique de la patience. Et beaucoup d’efforts sur les bancs d’école, puisque Lemay doit étudier en anglais.

«Ça va bien, il y a des gens en place pour m’aider. Si tu es prêt à t’investir, les gens ici vont s’assurer que tout se passe bien de ce côté. Ça fait partie du bagage que je suis venu chercher ici. Je suis loin d’être déçu de la façon dont ça se déroule», conclut-il.