Depuis six ans déjà, l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Jimmy Mann prend un soin jaloux de la patinoire des Terrasses, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest, au grand bonheur des jeunes hockeyeurs du quartier.

Jimmy Mann: un préposé de luxe!

TROIS-RIVIÈRES — Fréquenter la patinoire de quartier revêt toujours un cachet particulier pour un jeune mordu de hockey. Imaginez la sensation lorsque le préposé à l’entretien de la patinoire est un ancien joueur de la Ligue nationale de hockey!

À Trois-Rivières-Ouest, c’est précisément ce qui attend les jeunes (et moins jeunes!) qui lacent leurs patins à la patinoire des Terrasses. Nul autre que Jimmy Mann, ancien choix de première ronde des Jets de Winnipeg en 1979, s’assure d’offrir une surface de qualité aux patineurs.

Installé dans la cité de Laviolette depuis les années 90, Mann avait envie de s’impliquer auprès des jeunes sportifs. Ami de l’ancien maire Yves Lévesque, il a donc proposé ses services pour s’occuper de la patinoire du quartier. À sa sixième saison d’opération à l’angle de la rue des Terrasses et la côte Rosemont, l’ancien homme fort de la LNH file le parfait bonheur. «La vie est belle!» lance-t-il d’entrée de jeu.

Même si l’entretien nécessite de longues heures de travail, elles en valent toutes la peine en croisant le regard des utilisateurs, assure-t-il. «Je fais ça pour les p’tits gars, pour qu’ils aient une belle place pour jouer. Ce n’est pas toujours évident avec la météo, mais c’est vraiment le fun. Même quand il fait très froid, les jeunes viennent pour jouer. Ça me fait toujours plaisir de les voir arriver. Je les connais pratiquement tous.»

Donner au suivant

Ainsi, sur une base quotidienne, Mann se rend à la patinoire des Terrasses, soit pour arroser, pelleter ou encore vérifier la qualité de la glace dans ses moindres recoins. Bref, il y a toujours quelque chose à peaufiner pour livrer un produit de qualité. «La semaine, j’arrive ici vers 16 h jusqu’à la fin de la soirée. Pendant le week-end, ça commence vers 13 h. Ça peut parfois prendre quatre heures pour pelleter, ça me fait faire de l’exercice, raconte Mann. Quand j’étais jeune, j’adorais aller à la patinoire du coin. J’aimais qu’elle soit bien entretenue et bien déneigée alors je veux offrir la même chose aux jeunes du quartier. C’est important que les jeunes bougent et je suis content qu’ils le fassent en venant à la patinoire. Il y en a même qui viennent me donner un coup de main pour pelleter!»

Compétitif de nature, il n’a pas l’intention de se faire damer le pion par ses autres collègues du territoire trifluvien pour le titre de la plus belle patinoire en ville. «Je veux toujours gagner, sourit-il. Je suis bien fier de ma patinoire et je fais tout mon possible pour qu’elle soit belle. Les autres gars aussi font une super belle job. Tout le monde travaille très fort pour rendre les jeunes heureux.»

Depuis six ans déjà, l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Jimmy Mann prend un soin jaloux de la patinoire des Terrasses, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest, au grand bonheur des jeunes hockeyeurs du quartier.

La plupart des jeunes hockeyeurs connaissent des bribes de son histoire, principalement par l’entremise de leurs parents. Inévitablement, ça entraîne son lot de questions et de discussions, au grand plaisir de l’ancien porte-couleurs des Jets de Winnipeg, des Nordiques de Québec et des Penguins de Pittsburgh. «J’aime mieux les voir venir patiner une heure et jaser avec moi 30 minutes plutôt que de rester chez eux à ne rien faire! En plus, les enfants sont super polis. C’est plaisant d’échanger avec eux.»

D’ailleurs, même s’il n’a disputé que 9 de ses 315 matchs avec les Penguins, c’est un moment de sa carrière qui pique la curiosité. «Pour les jeunes, quand on remonte à cette époque, ils ne connaissent pratiquement que Wayne Gretzky et Mario Lemieux. Alors quand je leur dis que j’ai joué avec Mario Lemieux, disons que ça les intéresse beaucoup!», sourit le Trifluvien d’adoption. «Quelques-uns me demandent si j’ai gagné beaucoup d’argent avec le hockey. D’autres veulent savoir si j’ai joué avec Sidney Crosby. Mais malheureusement, ça fait beaucoup trop longtemps que j’ai arrêté de jouer!», mentionne celui qui a vécu le carré d’as de la Coupe Stanley, avec les Nordiques au printemps 1985.

Anectodes et conseils

La présence d’un ancien joueur de la LNH à la patinoire de quartier comporte de nombreux avantages. En plus des anecdotes savoureuses à écouter, il est toujours possible de profiter d’un judicieux conseil et même plus!

«Je leur apporte parfois des cartes de hockey ou encore des photos. Ils adorent ça. Ils demandent des trucs sur la meilleure façon d’attacher les patins. Aussi, ils me demandent de taper leur bâton, car ils trouvent que je fais ça très bien... et surtout rapidement!», rigole l’homme aujourd’hui âgé de 59 ans.

Et n’allez pas croire que les jeunes sont les seuls avec des questions. Les parents, dont certains ont eu l’occasion de voir Mann à l’oeuvre, sont aussi très heureux de sa présence à la patinoire des Terrasses! «Les parents aiment bien parler. Ils viennent jouer avec leurs enfants et en profitent pour me parler de ma carrière. D’ailleurs, quand les enfants ont des questions sur moi, ça commence souvent par: "mon père m’a dit que..."»

Trente ans après avoir accroché ses patins, Jimmy Mann file définitivement le parfait bonheur à Trois-Rivières. Un bonheur qu’il entend continuer de partager avec ses p’tits gars du quartier, tant que la passion sera au rendez-vous.

«Je ne sais pas encore combien de temps je vais faire ça, mais quand je vois les jeunes, ça me donne toujours le goût de continuer. L’été, j’en croise dans les rues et ils me demandent toujours si je vais être au poste l’hiver prochain. Ça fait chaud au cœur. J’aime les voir embarquer sur la glace. Ce sont tous des passionnés. Je leur dis souvent d’aller s’amuser et que, peut-être un jour, ça va être eux le prochain Crosby!»