La kayakiste Andréanne Langlois participera aux Jeux panaméricains pour une deuxième fois.

Jeux panaméricains: cinq Mauriciens au Pérou

TROIS-RIVIÈRES — Cinq athlètes de la Mauricie prendront part aux Jeux panaméricains avec l’équipe canadienne, du 28 juillet au 11 août au Pérou. Parmi eux, trois athlètes du Club de canoë-kayak de vitesse de Trois-Rivières y seront.

Andréanne Langlois (canoë-kayak), Anne-Sophie Lavoie-Parent (canoë-kayak), Dominik Crête (canoë-kayak), Mary-Sophie Harvey (natation) et Tammara Thibeault (boxe) sont les cinq qui participeront à cette compétition regroupant 41 pays répartis en 62 disciplines.

La participation des trois athlètes du CKTR représente une fierté pour leur entraîneur, Mathieu Pelletier. «C’est toujours intéressant de voir nos athlètes être sélectionnés pour les Jeux panaméricains. Ça nous donne une belle visibilité et une certaine reconnaissance pour le club», souligne-t-il.

Langlois a déjà une participation olympique à sa fiche, lors des Jeux d’été de 2016, à Rio. Elle avait terminé 16e au K1 200 m et huitième au K4 500 m. Elle sera très présente sur l’eau lors des Jeux panaméricains, puisqu’elle sera des K1 200 et 500 m, K2 500 m et K4 500 m.

Quant à Lavoie-Parent et Crête, ils en seront tous les deux à une première participation. «Anne-Sophie a manqué de peu sa sélection pour les Mondiaux et Dominik veut augmenter son apprentissage à l’international», confirme leur entraîneur.

«C’est le plus beau parcours par lequel je peux passer» - Anne-Sophie Lavoie-Parent

Lavoie-Parent et sa partenaire ontarienne, Rowan Hardy-Kavanagh, avaient obtenu le meilleur résultat lors des essais nationaux #2 au C2 500 m en juin dernier, mais ne se sont pas classées pour les Championnats du monde. «C’est une opportunité de faire partie de la plus grande équipe. Je crois qu’on a de bonnes chances parce que moi et ma partenaire, on s’est entraînées fort récemment. C’est le plus beau parcours par lequel je peux passer et ça peut me donner une chance pour les Championnats du monde U23 l’année prochaine», soutient Lavoie-Parent.

Elle est toutefois consciente qu’avec la domination de Laurence Vincent-Lapointe sur la scène internationale, elle doit se démarquer davantage. «Ça me donne plus d’opportunités pour performer. Mon objectif de la battre est encore là et avec les années, je pourrais me rapprocher d’elle.»

Crête avait remporté l’épreuve du K1 200 m lors des essais nationaux, mais n’a pas réussi à se qualifier pour les Championnats du monde. Il croit donc pouvoir se racheter lors des Jeux. «C’est une compétition d’envergure qui est très importante pour gagner de l’expérience. Ça me permet de savoir où je me situe par rapport aux autres. J’aimerais monter sur le podium lors de mes deux courses [K1 200 m et K4 500 m], c’est envisageable pour moi», estime-t-il.

Harvey n’en sera pas à sa première compétition internationale puisqu’elle a participé aux Championnats du monde de la Fédération internationale de natation (FINA) en 2017. Elle ne s’est toutefois pas qualifiée pour ceux de cette année puisqu’elle n’est pas entrée dans les temps requis par la FINA.

Sa participation aux Jeux panaméricains constitue, entre autres, une étape de préparation en vue des essais olympiques auxquels elle participera en avril 2020. «Je suis vraiment contente de faire partie de l’équipe canadienne. Je vais essayer de ne pas me mettre trop de pression et de ne pas me faire trop d’attentes. Mon objectif principal est vraiment de continuer à m’améliorer et d’acquérir plus de confiance pour les essais olympiques», commente la nageuse.

Mary-Sophie Harvey souhaite d’abord s’améliorer pour les essais olympiques de 2020

Thibeault en sera à une deuxième participation aux Jeux panaméricains. Elle y avait pris part en 2017, où elle avait raflé l’or. Elle disputait alors sa première compétition internationale.

Rappelons que Laurence Vincent-Lapointe ne prendra pas part aux Jeux panaméricains puisqu’elle s’est qualifiée pour les Championnats du monde de canoë-kayak de vitesse qui auront lieu du 21 au 25 août en Hongrie.