«Je pense qu'ils savent que c'est très important pour nous de représenter notre pays, a raconté Alex Ovechkin aux reporters jeudi, à Washington. Tout le monde veut y aller.»

Jeux olympiques: Fehr renvoie la balle à la LNH

Alexander Ovechkin s'est engagé à participer aux Jeux olympiques de 2018 en Corée du Sud, que la Ligue nationale de hockey y soit ou non. Le supervedette russe pourrait bien ne pas être la seule à s'y rendre.
Donald Fehr, le directeur exécutif de l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH), a mentionné que «ce sera probablement le prochain obstacle» que rencontrera la ligue si elle choisit de ne pas interrompre la saison 2017-18 afin de permettre à ses joueurs de représenter leur pays à Pyeongchang.
«Je ne suis pas convaincu que nous acceptons l'idée que ce soit une décision qui appartienne à la ligue, a confié Fehr jeudi lors d'une conférence téléphonique. Ce sera fort probablement une décision qui appartiendra à chaque club.»
La LNH a refusé de commenter, mais il n'est pas difficile d'envisager les maux de tête que cela lui causerait si plusieurs joueurs décidaient d'emboîter le pas à Ovechkin et de participer aux JO, en février, même si la LNH poursuit ses activités.
Fehr et les joueurs ne souhaitent toutefois pas qu'on en arrive à cette situation. Ils désirent en arriver à un consensus qui permettrait aux joueurs de participer aux Jeux.
«Ils savent à quel point c'est important pour nous, a affirmé Fehr. Ils savent que nous croyons fermement que les joueurs doivent avoir l'opportunité d'y jouer. Ils savent que nous croyons que c'est pour le bien à long terme du sport. On doit tenter de s'entendre.»
Les propriétaires ont passé les derniers mois à se chamailler sur ce sujet. Certains ne sont pas convaincus des effets positifs de participer aux Jeux sud-coréens. Qui plus est, de stopper les activités pendant plus de deux semaines ne les enchantent pas plus.
Au départ, ce sont les coûts qui étaitent le point d'achopement des négociations, puisque le Comité international olympique ne souhaitait pas défrayer les coûts de voyagement et d'assurances. La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) dit avoir remédié à cette situation, mais la LNH demeure sceptique.
La LNH n'apprécie pas non plus les règles du CIO qui l'empêche de faire la promotion de sa présence aux Olympiques ou de présenter des faits saillants sur ses plateformes.
Le commissaire Gary Bettman a déclaré plus tôt cette semaine qu'il faut plutôt croire que la ligue s'abstiendra d'y participer, tandis que son adjoint, Bill Daly avait indiqué en janvier que quelque chose devrait changer dans les négociations afin que la ligue modifie sa position.
«Je ne sais pas ce que ce doit être, a-t-il dit. Mais ce que je peux affirmer, c'est que si nous entendons toujours les mêmes arguments, je ne pense pas que cela nous fera changer notre position.»
Aucune discussion formelle n'a eu lieu entre la ligue, l'AJLNH, le CIO et l'IIHF depuis celle tenue à New York, en février. Aucune autre rencontre n'est prévue.
Le 1er janvier dernier, Fehr s'est dit «plus optimiste que jamais» sur la présence des joueurs de la LNH aux JO, mais le même niveau d'optimisme n'est plus perceptible.
Il souligne que le désir des joueurs d'y prendre part est «plutôt généralisé» et qu'il ne serait pas sage pour la LNH de se priver de deux occasions en cinq ans en Asie, avec les Jeux d'hiver qui seront présentés à Pékin en 2022.
«Il y a un élément patriotique également. (...) De retirer cette opportunité aux joueurs serait très malheureux, a indiqué Fehr. Ça représente beaucoup pour les joueurs de pouvoir dire: ''J'ai participé aux JO''. Pas seulement pendant leur carrière active, mais pour le reste de leur vie.»