Jean-Sébastien Bélisle n’a pas été sélectionné lors du repêchage de la LCF.

Jean-Sébastien Bélisle ignoré

Trois-Rivières — Le footballeur trifluvien Jean-Sébastien Bélisle n’a finalement pas été sélectionné lors du repêchage de la Ligue canadienne de football, qui s’est déroulé jeudi.

Le demi défensif, qui s’est initié à son sport en s’alignant avec le Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph avant de poursuivre sa carrière avec le Notre Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy et les Carabins de l’Université de Montréal, n’a en effet pas été réclamé par l’une ou l’autre des neuf équipes du circuit Ambrosie.

L’athlète de 23 ans pouvait pourtant espérer être choisi, car il avait démontré son savoir-faire lors du camp d’entraînement national, qui avait comme objectif d’évaluer les meilleurs espoirs en vue de la séance de repêchage. Il y avait été invité après avoir suffisamment impressionné les recruteurs lors du volet régional du camp d’entraînement de la LCF, qui avait eu lieu précédemment à Montréal.

«Je ne m’y suis peut-être pas démarqué autant que lors du volet régional. Mais il faut dire que tous les meilleurs joueurs au Canada étaient là. Je suis un peu déçu, mais je n’ai pas de contrôle là-dessus», admet-il sur ton résigné.

En vertu des règles en vigueur dans le réseau du sport universitaire canadien, il pourrait s’aligner avec la troupe de Dany Maciocia cet automne pour une cinquième et dernière saison. À moins qu’une équipe lui offre un essai à titre d’agent libre, il semble de plus en plus probable que ce scénario se concrétise. Il n’est d’ailleurs pas question pour lui de prendre une décision sur un coup de tête.

«Ça s’est passé rapidement [jeudi]. Il va falloir que je m’assoie et que je réfléchisse à tout ça. Et ça ne veut pas dire que je vais nécessairement accepter une possible invitation à un camp d’entraînement. Je vais peut-être attendre après ma cinquième saison», confie-t-il, avant de préciser que certaines équipes de la LCF lui avaient clairement indiqué être intéressées à ses services.

Rappelons que le Trifluvien n’a pas eu un parcours facile au cours des dernières années. En 2016, deux blessures et deux opérations l’ont forcé à rester sur les lignes de côté. Puis, en 2017, une mononucléose l’a contraint à ralentir.

Il est par contre revenu en force en 2018 et a brillé avec les Carabins. Avec ses collègues de la brigade défensive, il a établi une nouvelle marque du RSEQ pour le moins de points accordés en une saison. Ses performances lui ont également valu une place sur l’équipe d’étoiles du circuit universitaire québécois.