Jean-Philippe Parr rejoindra le Centre national d’entraînement de Golf Canada, en février à Victoria.

Jean-Philippe Parr entre sur l’équipe canadienne junior à 15 ans

Trois-Rivières — Il ne laisse personne indifférent depuis dix ans sur les terrains de golf de la région, mais aussi à travers le Québec et même aux États-Unis, dans les tournois où il s’est présenté au fil du temps et qu’il a parfois remportés. Lundi, Golf Canada a confirmé que Jean-Philippe Parr, de Saint-Célestin, entrerait dans le programme national junior de développement, en février, et ce dès sa première année d’éligibilité. Un pas de plus franchi vers son rêve d’atteindre la PGA.

Parr s’immisce dans un groupe de neuf golfeurs, cinq garçons et quatre filles. Parmi les autres Québécois, on retrouve Laurent Desmarchais (Longueuil) et Malik Dao (Notre-Dame-de-l’Île-Perrot).

Golf Canada a également dévoilé, lundi, la composition des athlètes qui représenteront l’équipe amateur pour 2020. Au total, 18 golfeurs sont identifiés dans ce groupe sélect, au sein des deux catégories (juniors et amateurs). Que Parr réussisse à s’y glisser relève de l’exploit, souligne le professionnel du Ki-8-Eb Luc Boisvert, qui le connaît depuis plus d’une décennie.

«C’est exceptionnel ce qu’il réalise», a-t-il partagé au Nouvelliste. «Il aura la chance de se frotter aux meilleurs de son âge pas seulement au Canada, mais partout dans le monde! Il possède tous les atouts pour que ça fonctionne.»

«Je m’y attendais»

Rejoint en Floride, l’adolescent originaire du Centre-du-Québec se disait bien heureux de pouvoir enfin répandre la bonne nouvelle. Il sait depuis environ six semaines qu’il a été retenu par Golf Canada, sauf qu’il ne pouvait rien dévoiler avant l’organisme. Il revient d’ailleurs d’un premier camp d’entraînement, en Arizona, avec son entraîneur national ainsi que ses nouveaux coéquipiers.

«De gros changements s’en viennent dans ma vie et je prends ça de manière très positive. Je savais que ça arriverait. Je croyais que ça se passerait à l’université, car je vise la NCAA aux États-Unis. D’être choisi par Golf Canada à mon âge, c’est gros! Je m’y attendais un peu, par contre...»

Vrai que les premiers signaux pointaient vers sa sélection. Durant l’été, on l’a invité à représenter son pays au tournoi Trophée des jeunes champions Duke of York, en Irlande du Nord.

Avant cette promotion, il avait gagné un tournoi américain chez les juniors, en Pennsylvanie. Il avait aussi bouclé le Championnat amateur masculin du Québec en neuvième place, alors qu’il était l’un des plus jeunes golfeurs sur place. Bref, son jeu était étudié par les plus hautes instances du sport au pays.

«Ma victoire en Pennsylvanie était inespérée, ç’a été le moment fort de ma saison. Je pense que ça m’a aidé pour la suite, j’ai gagné en confiance.»

En février, Parr rejoindra les autres membres de l’équipe canadienne junior au Centre national d’entraînement, près de Victoria en Colombie-Britannique. C’est la troisième année que le programme offrira aux jeunes espoirs un entraînement centralisé avec hébergement et enseignement. Aux entraîneurs de Golf Canada se joignent des spécialistes en performance mentale, physiothérapie, biomécanique et nutrition.

«Je devrai m’adapter. La bonne nouvelle, c’est que nous serons bien entourés.»

Il aura même l’occasion de fraterniser avec des professionnels de la PGA comme Graham DeLaet, David Hearn ou la sensation Brooke Henderson, l’une des vedettes de la LPGA. «J’ai hâte de les rencontrer! Ce sera une première pour moi.»

Le meilleur scénario

S’il y en a un dans la région qui peut saisir à quel point cette sélection aura un impact majeur dans la carrière du jeune golfeur talentueux, c’est Louis-Pierre Godin.

Membre de l’équipe nationale amateur en 2006 et 2007, l’athlète de Champlain se souvient de l’encadrement dont il bénéficiait à l’époque. Or, pour un junior, c’est encore plus avantageux selon lui.

«Il ajoute une flèche à son arc. Il sera junior pour les quatre prochains étés, c’est considérable! Je crois que cette expérience qu’il va acquérir jeune, avec Golf Canada, l’aide beaucoup à 18 ans. En ce moment à 15 ans, il joue le golf que je jouais à 22 ans. Il est vraiment en avance. Jean-Philippe est notre meilleur espoir dans la région depuis longtemps.»

Une cotisation symbolique

Pour l’instant, Jean-Philippe Parr en sait bien peu sur ce à quoi ressemblera son horaire de golf en 2020. Il sait au moins qu’il pourrait participer au Championnat mondial de golf junior, en juin au Japon. Le Championnat canadien amateur, ainsi que le Championnat canadien amateur junior sont aussi dans la programmation.

Ce qui amène Luc Boisvert à rappeler aux membres des clubs de golf l’importance de cotiser pour Golf Canada. «On nous demande souvent à quoi ça sert de leur envoyer de l’argent, Chez nous, ça tourne autour de 35 $. Aujourd’hui, nous avons une preuve éloquente de ce que ça apporte. Ça sert à développer des espoirs et à leur donner de la notoriété.»

Les membres du Ki-8-Eb n’ont pas à s’inquiéter, ils pourront continuer à voir de près le jeune Parr. Ce dernier a promis, en blaguant, qu’il continuerait à servir des corrections aux meilleurs joueurs de la région, peu importe leur âge!