Mikaël Zewski est sorti amoché de son combat face au Mexicain Jose de Jesus Macias.

«Je suis allé à la guerre»

Trois-Rivières — Sa trentième victoire en carrière chez les professionnels, Mikaël Zewski (30-1, 22 K.-O.) ne l’aura pas volée!

Le Trifluvien est sorti vainqueur d’une violente bagarre de ruelle, jeudi soir au cabaret du Casino de Montréal face au Mexicain Jose de Jesus Macias (23-8-2, 12 K.-O.). Au terme de huit rounds endiablés, le protégé du Groupe Yvon Michel a signé une victoire par décision unanime (78-73, 78-73, 77-74).

Pour ce deuxième combat en deux mois, Zewski espérait se mesurer à un adversaire durable. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a été servi! Dès le premier assaut, le Mexicain lui a cassé le nez et dès ce moment, Zewski s’est mis à saigner abondamment.

L’ancien champion NABF des mi-moyens ne s’est pas laissé démoraliser pour autant. En plein milieu d’une séquence fort musclée, Zewski a assommé de Jesus Macias avec un puissant crochet de la gauche au quatrième round. À la surprise de Zewski, son rival s’est toutefois relevé.

La salve de coups de poing s’est poursuivie de part et d’autre jusqu’à la fin du 8e round, sous les applaudissements nourris d’une salle comble au cabaret du Casino de Montréal.

«Je suis allé à la guerre. Ce genre de combat, c’est de l’expérience qui ne s’achète pas. Je suis loin d’être déçu de moi», a commenté Zewski, en entrevue avec Le Nouvelliste.

«J’ai bien boxé. Il avait les bras plus longs que moi alors ce n’était pas évident à contrer. Quand je l’ai mis au plancher, je ne croyais jamais qu’il se relèverait. Après, j’ai peut-être un peu trop cherché le K.-O. Je voulais absolument qu’il tombe alors que j’aurais dû rester plus technique», a-t-il analysé.

Habitué à des duels à 147 livres, Zewski en a visiblement eu plein les bottes dans cet affrontement qui s’est déroulé à 154 livres. Pour la première fois de sa carrière, Zewski a dû se battre avec un nez cassé et qui saignait abondamment... pendant huit rounds! De plus, il a complété le combat avec un œil tuméfié. Bref, il a dû puiser au fond de ses ressources.

Le visage tuméfié, Zewski était néanmoins fier d’être parvenu à arracher la victoire. Il se dit persuadé que ce combat difficile – possiblement le plus difficile de sa carrière – lui sera bénéfique pour la suite.

«En sachant que le frère de Canelo Alvarez était dans son coin, on savait qu’il allait être prêt pour se battre. Il m’a pogné avec des bons coups. Malgré tout, pour mon futur, pour les gros combats qui s’en viennent, ce sont des combats comme ça que ça me prend», a commenté le Trifluvien de 29 ans.

Au terme du duel, Yvon Michel a confirmé que Mikaël Zewski devrait être de retour entre les câbles au Centre Videotron de Québec en avril. Il reste à voir à quelle vitesse son nez pourra guérir. «Je veux remonter dans le ring rapidement. On verra comment je vais récupérer», a laissé tomber Zewski.

BOSSÉ S’IMPOSE, DICAIRE CHAMPIONNE
Comme pièce de résistance de cette carte de sept combats, Steve Bossé (1-0, 1 K.-O.) a réussi ses débuts en boxe professionnelle. L’ex-homme fort de la Ligue nord-américaine de hockey n’a pas eu besoin de veiller bien tard alors qu’il a signé un K.-O. dès le deuxième round devant le Bolivien Julio Cuellar Cabrera (12-7, 11 K.-O.).

Tout juste avant, Marie-Ève Dicaire (11-0) a profité de son 11e combat professionnel pour mettre la main sur la ceinture NABF des supers mi-moyens avec un triomphe par décision unanime devant Marisa Gabriela Nunez (7-8-2).

Plus tôt dans la soirée, Bruno Bredicean (10-0, 4 K.-O.), Yan Pellerin (1-0), Jessica Camara (4-0) et Mazlum Akdenis (3-0, 1 K.-O.) ont aussi signé des victoires.