Le choc entre Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime s’est terminé sur une mauvaise note.

«Je savais que ce serait elle»

Trois-Rivières — Puisqu’elle se remet d’une quatrième opération au genou gauche, subie il y a quelques jours à peine, Jocelyne Bourassa n’a pu suivre dimanche la ronde finale de l’Omnium canadien, qui a couronné Brooke Henderson.

La jeune golfeuse de 20 ans, bourrée de talent, est devenue la première Canadienne à s’imposer lors de cette classique annuelle depuis la grande dame de Shawinigan, sur les allées du Club de golf municipal de Montréal, en 1973.

Ça faisait 45 ans que le nom de Jocelyne Bourassa était associé à ce fait d’armes. Il le restera, bien sûr, mais elle aura enfin de la compagnie. Et toute une!

«Je suis tellement heureuse pour elle! Je savais que ce serait Brooke qui serait la prochaine championne locale de l’Omnium canadien», s’est exclamée l’ancienne professionnelle de 71 ans. «Je l’ai rencontrée à Beloeil il y a un certain temps déjà, elle était alors d’âge junior et impressionnait déjà beaucoup de monde.»

«J’aurais voulu être présente ou, du moins, pouvoir regarder sa ronde à la télévision. Par chance, des amis m’ont informé des développements.»

Quand Henderson a concrétisé sa victoire, entourée de ses proches, le maître de cérémonie a lu une lettre que Jocelyne Bourassa avait rédigée pour la féliciter, advenant une victoire à l’Omnium canadien.

«Son jeu court est superbe, elle a réalisé de beaux roulés. Si elle continue à peaufiner son jeu sur les verts, Brooke deviendra une très grande joueuse de l’histoire du golf.»

Ce qui touche le plus la membre du Temple de la renommée du golf canadien, c’est de voir Brooke Henderson triompher sous les yeux de ses parents et de sa sœur, sa caddie.

«J’étais aussi bien entourée en 1973! J’ai eu le privilège d’être accompagnée de mon frère Gilles, qui était mon professeur. J’ai également été émue par toute l’histoire avec le décès de ses deux grands-pères. C’est certain qu’ils étaient près d’elle eux aussi.»

Jocelyne Bourassa a hâte de retrouver sa maison de Saint-Élie-de-Caxton, où elle pourra continuer à suivre la carrière de sa digne successeure. «Brooke aura un immense impact sur notre sport partout au pays. Je suis contente qu’on parle de nouveau du golf féminin.»