Jordan Balmir s’apprête à livrer le combat le plus important de sa carrière, samedi au Centre Vidéotron de Québec.

«Je m’en vais arrêter Butler»

TROIS-RIVIÈRES — Jordan Balmir (10-0, 6 K.-O.) est gonflé à bloc.

S’il est largement négligé des parieurs en vue de son combat face à Steven Butler (24-1-1, 21 K.O.) samedi, le pugiliste du club Performance entend démontrer qu’il savait ce qu’il faisait en défiant la vedette d’Eye of The Tiger Management.

«Je sais que les gens croient que c’est une trop grosse marche à monter pour moi si rapidement, mais je sais ce qui m’attend samedi. J’ai tout à gagner: j’affronte un gars qui a passé sa vie dans le gymnase alors que moi, je ne fais de la boxe que depuis trois ans. Or, j’ai ma place là, j’ai fait les sacrifices nécessaires pour me placer dans cette position. C’est très excitant, je vais mettre la main sur un titre francophone samedi, en plus de battre le gars qui est classé numéro un au Canada.»

Balmir insiste, il ne se sent nullement coincé dans la peau du négligé. Les deux gars se côtoient depuis quelques années au gym, ils ont même mis les gants ensemble. Et puis, le Drummondvillois a bien sûr pris des notes en revisionnant la défaite de Bulter aux mains de Brandon Cook. «Bien sûr que nous avons regardé ce combat. Mais bon, je suis différent de Cook, notre plan sera un peu différent. Je n’ai rien contre Steven, mais c’est un train qui passe et je dois le prendre», lance-t-il. «Je sais qu’il dit qu’il se bat pour son gars, pour sa famille. Mais tout ça, quand la cloche va sonner, ça ne comptera plus, on va se retrouver seuls. Et il y a deux choses qui vont arriver à ce moment-là. Premièrement, je vais rester debout du début à la fin. Là-dessus, aucune crainte. Deuxièmement, il ne pourra pas suivre mon rythme pendant 10 rondes. Il va trouver la soirée longue avec ma vitesse. Je m’en vais arrêter Butler», prédit-il.

Cette confiance, Balmir la puise dans sa préparation. Il est de retour sous les ordres de Jimmy Boisvert, après une pause de quelques mois. «Je me sentais bien à Montréal, mais je me sens très très bien à Trois-Rivières. J’ai respecté toutes les demandes de Jimmy, j’arrivais même à l’avance avant nos séances. Quand il a vu le sérieux et le cœur que j’étais prêt à mettre, il m’a accordé plus de temps et nous avons pu mettre en œuvre un excellent plan qui nous amène à samedi. Je me sens choyé d’être aussi bien entouré, avec Jimmy, Denis (Hince) et Benoît (Fleury). Jimmy a l’œil, j’entends bien écouter ses consignes à la lettre durant le combat.»

Boisvert confirme que Balmir a fait ses devoirs. «On a mis cartes sur table avant de recommencer à travailler ensemble. Cette fois, je n’ai rien à dire sur sa préparation. Il a accepté de faire tous les sacrifices pour arriver prêt samedi. On s’en va causer une surprise au Centre Vidéotron. On connaît bien Steven. Ses forces comme ses faiblesses. On a préparé Jordan en conséquence.»

Il sera intéressant de voir avant les premiers échanges si le physique des deux pugilistes se ressemble. Balmir, en tout cas, ne fait pas grand mystère de ses intentions. Dès que la pesée sera derrière lui, il amorcera un processus de réhydratation qui va lui permettre de reprendre pas mal de poids. «Je ne veux pas dire précisément combien de livres je vais ajouter, mais sachez que je serai un énorme 160 livres. Notre protocole est au point, tout va bien de ce côté. Quand je vais monter sur le ring, j’aurai la vitesse et la puissance nécessaires pour l’étourdir pas à peu près», prédit l’athlète de 25 ans, qui s’attend à un bel accueil du public. «J’ai vendu mes 300 billets. D’autres ont passé par la billetterie. Ça va gueuler en malade lorsque je serai présenté. Ils vont avoir droit à tout un spectacle», conclut-il.