Patrick Charlebois est arrivé au quatrième rang sur 33 participants, mais premier chez les amateurs, au World Marathon Challenge.

Infatigable Charlebois

Trois-Rivières — Certaines personnes semblent infatigables. Impossible de les arrêter, elles carburent toujours aux nouveaux défis. Le marathonien Patrick Charlebois possède ce genre de personnalité.

Au cours de la dernière année, il est devenu le premier Canadien à compléter le World Marathon Challenge. Mais comme ce n’est pas quelqu’un qui s’assoit sur ses succès, il a aussi profité de l’occasion pour amasser 93 595 $ au profit du département de néonatologie de la Fondation pour la santé de Trois-Rivières. Sans surprise, cette combinaison lui permet d’être élu la personnalité de l’année dans le sport sur le territoire couvert par Le Nouvelliste.

«Patrick, c’est un passionné et il a toujours besoin d’un challenge. Si ça n’avait pas été ça, il aurait trouvé quelque chose d’autre», croit son collègue, Benoit Marquette.

Lorsqu’il a entendu parler de la compétition qui consiste à courir sept marathons, sur sept continents, en sept jours le père de famille s’est senti interpelé. C’est à ce moment qu’il a décidé d’en faire son objectif. 

Cela dit, il n’en était pas à ses premiers pas puisqu’il a été le premier Québécois à compléter les cinq marathons majeurs (New-York, Boston, Berlin, Londres et Chicago) sous la barre des trois heures. 

«Le fait de courir sept marathons en sept jours, c’est quelque chose d’accessible à plusieurs coureurs, mais à condition de les faire lentement. Cependant, terminer sept marathons avec une moyenne de 3 h 15 et aucune récupération à cause de l’avion, ça c’est autre chose. Ce défi-là correspondait exactement à Patrick, c’est immense. Ça demandait beaucoup de préparation, mais il est tellement travaillant et il ne fait rien à demi-mesure. Il va réaliser tout ce qu’il dit», évoque son entraîneur Joël Bourgeois.

Ainsi, un pas à la fois, le Trifluvien a parcouru la distance de 42,2 km à Union Glacier en Antarctique, Punta Arenas au Chili, Miami aux États-Unis, Madrid en Espagne, Marrakech au Maroc, Dubaï aux Émirats arabes unis et Sydney en Australie. 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Charlebois a relevé son objectif avec brio. 

Au cumulatif, il est arrivé au quatrième rang sur 33 participants, mais premier chez les coureurs amateurs. 

Il n’a été devancé que par Michael Wardian, Petr Vabrousek et Luke Wigman. 

77 777 $

Outre la performance sportive, Patrick Charlebois cherchait une autre raison d’accomplir son défi. Ainsi, son épouse et lui ont décidé d’appuyer la cause de la néonatalité.

Inspiré par l’aspect 7-7-7 du World Marathon Challenge, le couple s’est donné la mission de recueillir la somme de 77 777 $. Celle-ci allait permettre de faire l’achat d’équipements pour l’unité de néonatologie du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Grâce à divers événements et l’aide de nombreux partenaires, ils ont été en mesure de dépasser leur objectif et d’amasser un montant de 93 595 $. 

«Quand il est revenu à la fin du mois de janvier, il s’est mis à l’attaque. Sa priorité était désormais sa collecte de fonds», reconnaît M. Bourgeois.

Tout au long de l’année, le marathonien a représenté une source de motivation au sein du département en question.

«En lien avec la Fondation, nous sommes restés en contact et nous avons organisé différentes activités de financement. Je parle au nom du personnel, nous sommes toujours très impressionnés de voir des gens s’impliquer de cette façon pour notre milieu. Toutes les causes sont importantes et Patrick aurait pu choisir n’importe laquelle, mais il nous a choisis et il a été porteur de notre mission. Ce fut très mobilisateur pour notre équipe de travailler avec lui», explique Sylvie Tousignant, chef de service-Parents-enfants-Zone Centre du CIUSSS MCQ.

«De plus, il n’a pas gardé ce défi pour lui, il a toujours été préoccupé par l’implication de sa famille et pour ça je lui lève mon chapeau», conclut Mme Tousignant.