Les Diablos visent de nouveau les provinciaux.

Indélogeables Diablos

Trois-Rivières — Les Diablos du Cégep de Trois-Rivières ont poursuivi leur suprématie en volleyball féminin division 2 en remportant un quatrième championnat de saison régulière consécutif dans la division nord-est.

Pour ce quatrième sacre d’affilée, les protégées de l’entraîneur Martin Bélanger ont dû livrer une chaude lutte aux Volontaires du Cégep de Sherbrooke. Les deux équipes ont compilé des dossiers identiques de 22-2, si bien qu’il a fallu regarder du côté des manches perdues (8 pour Trois-Rivières contre 9 pour Sherbrooke) pour remettre la bannière de saison régulière. Leur championnat a été officialisé dimanche à la suite d’une victoire (25-12, 25-23) face aux Inouk du Cégep de Granby.

Malgré ce titre en poche, les Diablos sont loin d’être rassasiées. Elles souhaitent maintenant briller parmi l’élite provinciale, un fait d’armes qui leur échappe toujours au cours de ces quatre années de domination.

Éliminées au championnat de conférence en 2015 et 2016, les Rouges ont franchi une nouvelle étape l’an dernier en accédant au championnat provincial. Leur parcours avait cependant été de courte durée avec deux défaites en autant de matchs. Cette année, la formation menée par la capitaine Karine Leclerc espère se frayer un chemin jusqu’en demi-finale.

«On a une équipe plus équilibrée que les années passées, avec du talent tant en défensive qu’en offensive. Notre attaque est particulièrement forte cette année. Chaque saison, on franchit une étape de plus. On espère atteindre le top 4 cette fois-ci», souligne l’entraîneur Bélanger, vantant au passage le brio des recrues Justine Boivin, Kimmy Lefebvre et Frédérique Martin.

Cette saison, en plus de 22 victoires en 24 matchs de saison régulière, les Diablos ont atteint la demi-finale de la Coupe de l’Est du Canada, en janvier. Maintenant, c’est une longue pause qui attend les Trifluviennes alors que le Championnat de conférence ne débutera que le 24 mars, à Jonquière.

Un retour en première division?
Depuis que le programme de volleyball féminin a été recalé de la première à la deuxième division, au terme de la saison 2013-2014, les Diablos règnent sur le circuit nord-est. En quatre campagnes, les Trifluviennes ont compilé un dossier de 90 victoires et 6 défaites en saison régulière.

À l’époque, le piètre rendement du programme en première division avait convaincu les dirigeants du Réseau du sport étudiant du Québec de procéder à cette relégation. Quatre saisons et autant de bannières plus tard, la volonté de retourner dans la meilleure ligue de volleyball collégial est toujours dans les cartons. «Ça fait partie des projets, de retourner en première division un jour», admet Martin Bélanger, confiant que ses joueuses pourraient tenir leur bout en première division.

Du côté administratif, Michaël Guay souligne que c’est une possibilité, à long terme. Avant tout, il faudra d’abord s’assurer que les Diablos puissent miser sur des entraîneurs suffisamment certifiés pour évoluer à ce niveau. «Ça se ne se limite pas uniquement aux performances sur le terrain. Il faut avoir un nombre suffisant d’entraîneurs certifiés. On travaille avec différentes instances pour former la relève», indique le responsable des sports du Cégep.

Pour l’instant, les Diablos ne misent que sur une équipe en première division, soit en basketball féminin. L’an dernier, l’institution souhaitait faire le saut avec les équipes masculine et féminine de soccer. Cependant, des résultats en deçà des attentes et des standards du RSEQ ont forcé le report de ce projet